Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France condamnée pour traitements inhumains envers un détenu




La Cour européenne des droits de l'homme a condamné jeudi la France pour "traitement inhumain et dégradant" envers Cyril Khider, un prisonnier actuellement détenu à la maison d'arrêt de Liancourt (Oise).
Agé de 35 ans, Cyril Khider purge une peine de dix ans de prison pour avoir tenté de faire évader son frère Christophe de la prison de Fresnes à l'aide d'un hélicoptère, le 27 mai 2001. Un surveillant avait été grièvement blessé dans l'opération.
"Les conditions de détention du requérant (...), soumis à des transfèrements répétés d'établissements pénitentiaires, placé en régime d'isolement à long terme et faisant l'objet de fouilles corporelles intégrales régulières s'analysent, par leur effet combiné et répétitif, en un traitement inhumain et dégradant", affirment les juges.
La Cour européenne note que le détenu a fait l'objet de 14 transfèrements en vertu d'un régime de rotation instauré par l'administration pénitentiaire pour perturber les projets d'évasion des détenus réputés dangereux.
Elle doute qu'un "juste équilibre" ait été ménagé entre les impératifs de sécurité et "l'exigence d'assurer au détenu des conditions humaines de détention", rappelant qu'il n'avait fait l'objet d'aucune poursuite disciplinaire depuis 2004.
Pour les mêmes raisons, elle estime que le placement à l'isolement, qui a représenté pour le détenu un total de quatre années entre 2001 et 2007, ne se justifiait plus après 2004 et souligne que la prolongation de ce régime avait été ordonnée contre l'avis des médecins.
Enfin, les fouilles corporelles systématiques, jusqu'à trois fois par semaine selon Cyril Khider, "ont été de nature à accentuer son sentiment d'humiliation et d'avilissement", affirme la Cour.
Les juges de Strasbourg estiment que le détenu ne bénéficiait pas à l'époque d'une voie de recours véritable contre ses transfèrements répétés et les fouilles à répétition.
Elle condamne la France à lui verser 12.000 euros au titre du dommage moral. L'arrêt, rendu à l'unanimité par une chambre de sept juges, est susceptible d'appel.


Reuters
Samedi 11 Juillet 2009

Lu 178 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs