Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Fondation Attijariwafa bank met le Melhoun à l’honneur à l’occasion du mois sacré du Ramadan




La Fondation Attijariwafa bank met le Melhoun à l’honneur à l’occasion du mois  sacré du Ramadan
La Fondation Attijariwafa bank a organisé, mercredi dernier à Casablanca, la onzième édition de son cycle de conférences “Echanger” pour mieux comprendre, autour du thème “Le Melhoun, entre spiritualité et art de vivre ».
Cette rencontre conçue autour d’un Ftour-débat a permis à plus de 250 invités issus du monde des affaires, de la culture et de la société civile, d’apprécier la richesse de ce patrimoine ancestral, issu de la culture  populaire marocaine. Au cours de cette veillée ramadanesque, la Fondation Attijariwafa bank a offert à ses invités un grand moment de partage et de découverte de quelques quacidas parmi les plus emblématiques du Melhoun, en mettant l’accent sur l’esprit dans lequel elles ont été élaborées et les messages qu’elles véhiculent. “Le choix de cette thématique recèle à nos yeux une importance particulière, car elle va nous permettre de découvrir (pour les plus jeunes), et de redécouvrir (pour les aînés), la beauté et la profondeur des textes des  quacidas élaborés tout en subtilité dans une langue dialectale riche et  métaphorique”, a déclaré à l’occasion M. Omar Bounjou, DG du Groupe Attijariwafa bank, notant que c’est aussi l’occasion de rappeler le rôle important joué par le Melhoun dans la cohésion sociale. “Au regard de son apport depuis 5 siècles et de son impact socioculturel, ce patrimoine immatériel issu de la culture populaire a toutes les qualités pour être classé en tant que patrimoine universel par l’UNESCO.
Toute action engagée en faveur de sa reconnaissance internationale mérite notre soutien, car le Melhoun véhicule l’image d’une société marocaine aux traditions ancestrales, mais qui demeure ouverte, créative et tolérante, où la liberté de ton et l’autocritique sont respectées et érigées en valeurs. Aujourd’hui, plus que jamais, il est important de le rappeler”, a affirmé M. Bounjou. Au cours de la soirée, Abdelmajid Fanniche, dramaturge et expert dans les arts traditionnels, a procédé à un bref rappel historique du Melhoun, de son émergence dans la région du Tafilalet, à l’époque des Almohades, à sa propagation dans les principales villes du Royaume, séduisant tour à tour, artisans, classe populaire et intellectuels citadins. Fanniche s’est par ailleurs attaché à évoquer le parcours des grands poètes, auteurs des quacidas programmées durant la soirée.

Mardi 7 Juillet 2015

Lu 295 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs