Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Fondation Attijariwafa bank analyse la notion de citoyenneté à l’ère de la mondialisation

Dix-septième conférence du cycle «Echanger pour mieux comprendre»




La Fondation Attijariwafa bank analyse la notion de citoyenneté à l’ère de la mondialisation
La Fondation Attijariwafa bank a organisé, au siège de la Banque à Casablanca, jeudi 17 mars courant, la 17ème conférence de son cycle «Echanger pour mieux comprendre» sous le thème : «La citoyenneté à l’épreuve de la mondialisation». La rencontre a réuni plus de 200 invités, étudiants, enseignants universitaires, médias ainsi que des personnalités de la société civile.
S’exprimant au nom de Mohamed El Kettani, président directeur général du Groupe Attijariwafa bank, Saloua Benmehrez, directeur exécutif du groupe Attijariwafa bank en charge de la communication du Groupe et de la Fondation Attijariwafa bank, s’est félicitée de la forte présence des jeunes étudiants et de leurs enseignants. «Si le sujet de cette conférence nous interpelle tous, il concerne, en premier lieu, notre jeunesse et son avenir. Car à travers les choix qu’elle opère aujourd’hui, se dessine déjà le Maroc de demain», a-t-elle déclaré.
Et d’ajouter : «En ce 21ème siècle, le défi qui se pose à nous est grand car la citoyenneté est sans cesse redéfinie, parfois bridée. Il nous appartient de la préserver, de la consolider à travers nos lois mais aussi nos actes et nos engagements au service de la collectivité». Avant de conclure par un appel à l’action : «L’on peut dire sans hésiter : être un citoyen du Maroc au 21ème siècle, c’est être un citoyen du monde. Mais il nous incombe aussi de former notre jeunesse pour qu’elle soit en mesure d’en comprendre les enjeux et d’en saisir les opportunités, au lieu d’en subir uniquement les contraintes».
Au cours d’un passionnant échange devant une salle comble, Driss Jaydane, écrivain et enseignant et Mehdi Alioua, sociologue et enseignant à Sciences Po Rabat, sous la modération de Redouan Mfaddel, économiste et chroniqueur, ont commencé par définir la notion de citoyenneté.
«La citoyenneté est une obligation, un devoir bien plus qu’un droit. Elle est toujours liée à l’individu et au territoire où elle s’exerce. Selon Aristote, la citoyenneté consiste à sortir de chez soi pour aller s’occuper de la cité. Cette définition reste universelle et forte», a expliqué M. Jaydane. De son côté, M. Alioua a estimé que «la citoyenneté renvoie à l’appartenance à une communauté. La modernité rajoute à cette appartenance commune, la nécessité de libérer les individus de certains jougs en les rendant égaux».
Les deux intellectuels ont ensuite analysé l’impact de la mondialisation sur la citoyenneté en faisant remarquer que la première ne détériore pas la seconde. Selon eux, la vraie citoyenneté est localisée. On ne peut pas s’occuper concrètement de ce qui est au-delà du regard. Et donc la mondialisation ne peut rien nous enseigner ou rien nous retirer sur la citoyenneté. «En revanche, la globalisation a modifié les pouvoirs fondamentaux de l’Etat sur ses citoyens, du fait de l’affaiblissement de sa maîtrise du territoire. On assiste ainsi à la dénationalisation de l’Etat», a précisé le sociologue.
Pour M.Jaydane, l’histoire de l’humanité connaît une forte rupture avec l’émergence de la société de consommation. «Cette société ne s’appuie pas sur le lien social mais sur le lien marchand qui se substitue donc à la citoyenneté et à ses valeurs.  Aujourd’hui, consommer c’est agir».
Contrairement aux idées préconçues, M. Alioua et M. Jaydane relativisent l’impact des réseaux sociaux sur l’exercice de la citoyenneté, rappelant que la jeunesse a toujours été politisée. «La mobilisation des jeunes sur les réseaux sociaux est une manifestation symbolique de l’action concrète dans les rues. Cependant, le symbolique ne peut remplacer l’action sur le terrain».
Evoquant le cas du Maroc, le sociologue comme le philosophe ont affiché une certaine sérénité sur la capacité du Royaume à s’intégrer dans la globalisation sans renier ses fondamentaux. « Les Marocains font partie des peuples les mieux armés au monde pour affronter la globalisation, sans dilution. Nous sommes une très ancienne terre de confluences traversée par plusieurs peuples. Ils ont pu y vivre en bonne intelligence. C’est cette histoire qui permet aux Marocains de s’articuler à la globalisation », précise M. Alioua.
Abondant dans le même sens, M. Jaydane rappelle que le Maroc a une longue tradition d’accueil des étrangers. «Quand on aime sa citoyenneté, la plus belle manière de le prouver est de l’offrir aux autres, s’ils le souhaitent».
Cet échange a tenu en haleine une assistance très attentive et suscité de nombreuses questions émanant des jeunes étudiants.

Jeudi 24 Mars 2016

Lu 988 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs