Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Fifa suspend la Fédération malienne pour ingérence politique

Un adversaire de moins pour le Onze national aux éliminatoires du Mondial




La Fifa a suspendu la Fédération malienne de football (Femafoot), estimant que le pouvoir politique a fait preuve d'ingérence en limogeant ses dirigeants le 8 mars, selon un communiqué de la Fédération internationale jeudi.
"La Fifa a été mise au courant des décisions du ministre des Sports qui dissolvent le Comité exécutif de la Femafoot (...) Dans ces circonstances, le Bureau du Conseil a décidé de suspendre la Femafoot avec effet immédiat" indique le communiqué dont l'AFP a eu copie.
"Par conséquent, la Femafoot perd tous ses droits de membre (...) Cela signifie aussi qu'aucune des équipes représentatives et aucun des clubs affiliés de la Femafoot ne sont désormais plus en droit de prendre part aux compétitions internationales", précise le communiqué.
Cette décision implique également "que la Femafoot et ses membres ne peuvent plus bénéficier des programmes de développement de la Fifa ou de la CAF, la suspension ne sera levée que lorsque les décisions ministérielles auront été annulées et que le Comité exécutif de la Femafoot aura été réinstallé", conclut le communiqué.
A ce propos, il y a lieu de rappeler que le Mali se trouvait dans le même groupe que le Maroc pour le compte des éliminatoires du Mondial 2018 en Russie. Le Mali aurait été le prochain adversaire du Onze national en août prochain.  
Le ministère des Sports du Mali avait justifié "la dissolution du comité exécutif de la Femafoot dirigé par le général de police Boubacar Baba Diarra", en raison de "la persistance de la crise au sein du football".
La Fifa pour sa part avait déjà rappelé que "La décision ministérielle allait à l'encontre" de l'indépendance des associations membres et demandé son annulation.
Les autorités politiques ont cependant maintenu la sanction, le conseiller juridique du département des sports, Amadou Diarra Yalcouyé, avait précisé lors d'un point presse que "la Fifa ne peut obliger le gouvernement à revenir sur sa décision".

Samedi 18 Mars 2017

Lu 294 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs