Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Fédération nationale des associations amazighes publie son rapport sur les évènements d’Al Hoceima




La Fédération nationale des associations amazighes au Maroc (FNAA) a rendu public son rapport sur les évènements d’Al Hoceima dans lequel elle a mis l’accent sur la nécessité de relâcher tous les prisonniers. Ce qui permettra, selon elle, de rétablir la confiance entre le citoyen et l’Etat.
Sur le plan social, la FNAA qui regroupe des dizaines d’associations défendant la culture amazighe a également recommandé de créer des structures hospitalières, doter celles qui existent des ressources humaines nécessaires et de développer les prestations du Centre régional d’oncologie d’Al Hoceima en vue de le convertir en centre d’hospitalisation et de prise en charge totale des malades atteints du cancer.
Elle a estimé que la création d’institutions universitaires et de centres de formation professionnelle permettra de faciliter l’accès  des jeunes de la région au marché du travail.
La FNAA a également appelé au renforcement de l’économie sociale et solidaire, à  mettre un terme aux orientations néolibérales et à faire en sorte que la région du Rif s’intègre dans le cycle de l’économie productive via la création de zones industrielles et la  construction de barrages.  
Les rédacteurs dudit rapport ont aussi demandé le respect de la spécificité socioculturelle de la région en mettant en application les dispositions constitutionnelles consacrant la langue amazighe comme langue officielle. Cela passe, selon la FNAA, par l’adoption d’une loi organique « juste » sur la langue amazighe et par la mise en chantier de politiques adéquates visant à en garantir l’utilisation dans les administrations, la justice, les médias et l’enseignement.
Ledit rapport a également considéré comme nécessaire la création d’une nouvelle structure territoriale qui englobe le centre et la périphérie du Rif (provinces d’Al Hoceima, Driouich, Nador et l’Est de Taza) en la dotant des équipements nécessaires.
Quant aux fausses informations et aux rumeurs concernant la situation des détenus du Hirak d’Al Hoceima, elles ne cessent de défrayer la chronique.
Après la fameuse lettre faussement attribuée à Nasser Zafzafi, une rumeur relative à une supposée grève de la faim entamée par les détenus du Hirak vient d’enflammer la Toile.
Elle a été démentie par la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) qui a, dans un communiqué de presse, nié catégoriquement que ceux-ci aient engagé pareille action affirmant qu’ils prennent régulièrement leurs repas.
Elle a également tenu à préciser que le « communiqué » qui a été attribué aux détenus et largement relayé par les réseaux sociaux est un  pur mensonge inventé par certaines parties qui instrumentalisent la situation pour servir un agenda qui n’a rien à voir avec les intérêts des détenus en question soulignant que ces derniers n’ont aucune possibilité de rédiger ou de signer un quelconque communiqué commun.
T.M

Libé
Mardi 18 Juillet 2017

Lu 362 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs