Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La FIFA doit compter sur un autre labo que Rio

Dopage : Mondial 2014




La FIFA doit compter sur un autre labo que Rio
La Fifa a annoncé mardi qu'elle confierait l'ensemble des analyses des contrôles du Mondial-2014 de football au laboratoire antidopage de Lausanne, ne pouvant plus compter sur celui de Rio de Janeiro dont l'accréditation a été révoquée par l'Agence mondiale antidopage (AMA).
"A la suite de la révocation de l'accréditation du laboratoire de Rio de Janeiro et après discussions et échanges de considérations avec l'Agence mondiale antidopage et les autorités brésiliennes, la FIFA a décidé d'utiliser le laboratoire accrédité de Lausanne pour les analyses des échantillons de sang et d'urine de la prochaine Coupe du monde au Brésil", a annoncé la Fédération internationale de football dans un communiqué.
Le laboratoire brésilien n'est plus autorisé à pratiquer des analyses antidopage depuis début août, et le président de l'Agence, John Fahey, a indiqué mardi que cela prendra du temps avant que lui soit accordé une nouvelle accréditation.
"C'est presque certain que cela ne se produira pas avant la Coupe du monde de football l'année prochaine", a déclaré l'ancien ministre australien, lors d'une conférence de presse en prélude à la 4e Conférence mondiale sur le dopage dans le sport à Johannesburg.
L'Agence, qui procède régulièrement à des contrôles de qualité de la trentaine de ses laboratoires à travers le monde pour s'assurer qu'ils ne déclarent pas de faux positifs et qu'ils rapportent bien des résultats anormaux, est la seule à pouvoir octroyer ce certificat.
"Comme l'AMA a confirmé que suivant le processus requis, le laboratoire de Rio ne pourra regagner son accréditation avant la Coupe du monde, la FIFA n'a pas d'autres options que faire pratiquer ces analyses à l'étranger", a souligné l'instance dirigeante du ballon rond.
La Fifa avait déjà fait affaire avec le laboratoire antidopage de Lausanne, l'un des plus prisés par les fédérations sportives, pour la gestion du passeport biologique qu'elle a lancé lors de la Coupe des Confédérations en juin au Brésil.
Cette situation ne fera que renchérir la facture du programme antidopage du Mondial-2014 pour la Fifa, les échantillons sanguins devant par exemple être analysés dans les 36 heures à partir de leur prélèvement pour être valables.
Selon le président de l'AMA, ce problème "n'est pas insurmontable" pour la Fifa, qui a fait savoir qu'elle allait prendre "les mesures logistiques nécessaires pour l'expédition des échantillons outre-mer".

AFP
Jeudi 14 Novembre 2013

Lu 227 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs