Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La FDT saisit l’Organisation internationale du travail


Les libertés syndicales mises à mal



La FDT saisit l’Organisation internationale du travail
Les libertés syndicales sont malmenées sous le gouvernement Benkirane. Les militants de la Fédération démocratique du travail (FDT) en savent quelque chose. C’est dans ce contexte que le bureau central de la FDT a décidé de saisir l’Organisation internationale du travail  (OIT) et l’Organisation arabe du travail (OAT).
A l’ordre du jour de cette réunion présidée par le secrétaire général de la Centrale, Abderrahmane Azzouzi, figuraient plusieurs questions notamment la situation des libertés syndicales  qui n’a de cesse d’empirer depuis l’investiture du gouvernement actuel.
Dans ce cadre, l’accent a été mis particulièrement  sur cette vague  de répression orchestrée par le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid,  contre les secrétariats-greffe et particulièrement les militants intègres du Syndicat démocratique de la justice.  A commencer par sa décision anti-constitutionnelle de déflaquer les jours de grève des salaires des grévistes. D’autres décisions arbitraires ont été prises, à savoir boycotter tout dialogue avec le SDJ, le limogeage de manière abusive du responsable du secrétariat greffe du tribunal de Ksar Lakbir, Fakhreddine Benhaddou et l’exclusion du secrétaire général dudit  syndicat, Abdessadek Saaidi,  de l’émission Moubacharatan Maakoum.  
Une  offensive marquée aussi par les interventions musclées des forces de l’ordre, à plusieurs reprises,  pour disperser les manifestations et toute sorte de mouvement de protestation aussi pacifique soit-il.    
Dans un communiqué rendu public à la suite de cette réunion, le bureau central souligne que les mouvements de protestations organisées par le SDJ concernent de façon directe les militantes et les militants  de la FDT.   Appel a été lancé aux responsables des différents secteurs en vue d’adresser des correspondances de protestation au chef du gouvernement et aux ministres respectifs de l’Intérieur et de la Justice.
Les militants  sont aussi invités à répondre présent et massivement au sit-in qu’organisera le SDJ, samedi prochain, à Settat pour protester contre les pratiques répressives et les décisions illégales de Mustapha Ramid.
Il convient de rappeler que Fakhreddine Benhaddou,  secrétaire général adjoint du Syndicat démocratique  de la justice (SDJ), affilié à la FDT,  démis abusivement de ses fonctions,  compte intenter un procès au ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid pour abus de pouvoir.

Larbi Bouhamida
Jeudi 7 Février 2013

Lu 510 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs