Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La FDT, la CDT et l’UMT irritées par les déclarations de Louafa

La reprise du dialogue tripartite, seule issue pour instaurer la paix sociale




La FDT, la CDT et l’UMT irritées par les déclarations de Louafa
Les déclarations de Mohamed Louafa concernant les subventions directes pour soutenir les familles à faible revenu font sortir les Centrales syndicales de leurs gonds.  En effet, le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance avait annoncé au cours de cette semaine que le gouvernement aurait commis une grave erreur s’il avait adopté le système de subventions directes dédiées aux couches les plus démunies comme l’a annoncé le gouvernement Benkirane I en tant qu’alternative pour réformer la Caisse de compensation. 
Pour le secrétaire général de la Fédération démocratique du travail, Abderrahmane Azzouzi, la déclaration de Mohamed Louafa est irresponsable  et ne concerne que sa personne. La FDT n’accorde aucun intérêt  à de telles déclarations  dans la mesure où dans sa réponse sur le mémorandum que les centrales lui ont soumis dernièrement, le gouvernement a annoncé qu’il est disposé à examiner les demandes et propositions des centrales et prêt à entamer avec elles un dialogue  fructueux.
Pour sa part, Noubir Amaoui, secrétaire général de la CDT a fait savoir que si  le nom de Louafa renvoyait vraiment à la fidélité (l’équivalent français d’Al wafae), il serait resté fidèle au Parti de l’Istiqlal. C’est en ces termes que Noubir a commenté les déclarations du ministre délégué qui a qualifié  de grave erreur les dispositions et engagements de l’accord du 26 avril signé par les différents partenaires sociaux. Le gouvernement Benkirane I, a-t-il poursui, a commis un crime en optant pour le recrutement direct dans le département de l’enseignement.  
Un communiqué de la CDT sera publié incessamment sur ce sujet, a-t-il fait savoir.
Par ailleurs, Mohamed Haitoum  de l’Union marocaine  du travail (UMT) a indiqué  que l’actuel gouvernement est tenu de respecter les engagements de ses prédécesseurs, et ce conformément à la continuité de l’Etat, principe selon lequel un gouvernement doit honorer les engagements pris par son prédécesseur. 
Ces déclarations irresponsables n’engagent que la personne de Louafa et que seule la réponse de Benkirane sur le mémorandum des trois syndicats qui a salué leur  initiative est prise en considération.

Larbi Bouhamida
Vendredi 28 Février 2014

Lu 1186 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs