Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La FDT, la CDT et l’UMT accélèrent le rythme de leur mobilisation

Appel au gouvernement d’ouvrir un dialogue sérieux et responsable




La FDT, la CDT et l’UMT accélèrent le rythme  de leur mobilisation
Les dirigeants de la Fédération démocratique du travail (FDT), de la Confédération démocratique du travail (CDT) et de l’Union marocaine du travail (UMT), se sont réunis au siège central de la FDT à Casablanca pour évaluer les résultats de la marche syndicale qu’ils ont organisée dimanche dernier.
Tout en saluant le succès de cette marche, les trois centrales ont affirmé que ce succès atteste de  « la conscience de la classe ouvrière et sa capacité à défendre ses droits avec sagesse et  un sens civique national  élevé », selon un communiqué de presse.
La FDT, la CDT et l’UMT ont également réitéré leur appel au gouvernement d’ouvrir un dialogue sérieux et responsable sur la base du mémorandum adressé au chef du gouvernement le 11 février dernier.
Par ailleurs, les trois centrales ont vigoureusement critiqué l’arrestation de plusieurs jeunes qui ont pris part à la marche, ajoutant que ce genre de mesures rappelle les années de plomb tout en réitérant leur volonté de poursuivre leur lutte unitaire et de renforcer le rythme de leur mobilisation tout en  l’approfondissant pour préserver les intérêts de la classe ouvrière, de l’ensemble des salariés et des intérêts suprêmes de la Nation . 
Le mémorandum, rappelle-t-on, exposait les principales revendications de ces syndicats visant  l’amélioration de la situation des salariés et des fonctionnaires pour leur permettre de mener une vie digne et de pouvoir faire face au renchérissement du coût de la vie. Leurs revendications portaient aussi sur le respect des libertés syndicales, l’augmentation des salaires, la protection sociale, la législation, ainsi que les relations professionnelles et les libertés individuelles. Ils avaient, par ailleurs, appelé le gouvernement à assumer ses responsabilités et à mettre  en œuvre, en premier, le reliquat de l’accord du 26 avril 2011 qui comprend un train de mesures destinées  à améliorer les traitements des fonctionnaires et le salaire minimal dans le secteur privé.
Il est prévu qu’une rencontre entre ces centrales syndicales et le gouvernement se tiendra au début de la semaine prochaine et plus précisément le mardi 15 avril. 
Selon une source syndicale, les dirigeants des trois centrales se réuniront dans les prochains jours pour débattre de la  rencontre prévue avec le gouvernement, tout en expliquant que la discussion se portera sur les revendications des syndicats contenues dans le mémorandum.
Le hiatus entre les composantes de la majorité à ce sujet se creuse de plus en plus. A noter que le chef du gouvernement et plusieurs membres dirigeants du parti majoritaire, le PJD, avaient qualifié la Marche du 6 avril de « politique », alors que le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdessalam Sediki, l’a qualifiée de « pacifique » tout en affirmant que les revendications qui y ont été scandées étaient « raisonnables ». 

Mourad Tabet
Samedi 12 Avril 2014

Lu 1216 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs