Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La FDT et la CDT pour un pacte social équilibré




La FDT et la CDT pour un pacte social équilibré
«Nous ne sommes pas contre bien évidemment. Loin de nous l’idée de refuser de signer pour le plaisir de le faire ». C’est ainsi que s’est exprimé Allal Belarbi, membre du bureau exécutif de la CDT, en réponse à notre question sur la signature que devaient apporter la CDT et la FDT au pacte social passé entre la CGEM et différentes centrales syndicales.  Pour plus d’explications, il nous a souligné  que dans le cadre de la coordination entre les deux centrales et dans le souci de préserver les droits et acquis de la classe ouvrière, nous avons rendu la copie de ce pacte social  à la CGEM avec quelques changements et suggestions pour qu’il soit équilibré  à même de relever les défis auxquels fait face l'économie nationale, établir un partenariat fructueux entre le patronat et les syndicats, développer la compétitivité de l'entreprise marocaine, dans un climat de confiance, de sérénité et d'esprit patriotique. «Nous allons prendre contact avec la CGEM pour être fixés sur la date et le lieu d’une rencontre en vue de débattre ensemble du bien-fondé  de ce pacte et éventuellement se mettre d’accord sur nos propositions qui ont pour objectif final de garantir une compétitivité durable et un travail décent », a-t-il fait savoir.
 A l’issue de la signature du Pacte en janvier dernier par la présidente de la CGEM, Meryem Bensalah, et les secrétaires généraux respectifs de l'UMT et de l'UGTM, El Miloudi El Moukharek et Hamid Chabat, le secrétaire général de la FDT, Abderrahmane Azzouzi, nous avait déclaré que cet engagement  s'inscrit dans le cadre de l'élan de concertation initié depuis début novembre dernier par la Confédération avec les syndicats les plus représentatifs. A travers ce pacte, patronat et syndicats vont œuvrer dans une perspective de consensus en vue d'apporter des solutions concrètes dans plusieurs secteurs. Il s'agit, en l'occurrence, de la prévention et de la gestion des situations conflictuelles, du dialogue social, de la promotion du champ conventionnel, de la conformité sociale des relations et des conditions de travail, ainsi que de la promotion de l'emploi et de la compétitivité, nous avait-il déclaré. Et partant instaurer l’incontournable paix sociale sans laquelle les entreprises ne peuvent relever les défis d'un monde plongé dans une crise économique  des plus graves.

Larbi Bouhamida
Samedi 9 Mars 2013

Lu 463 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs