Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La David Bloch Gallery Casablanca : Exposition des travaux récents de Vincent Abadie Hafez




La David Bloch Gallery Casablanca présente l'exposition personnelle de Vincent Abadie Hafez du 15 décembre 2011 au 15 janvier 2012 où figureront de nouveaux travaux réalisés sur toile, papier et métaux. Le vernissage aura lieu en présence de l’artiste le jeudi 15 décembre à Casablanca.
Cosmopolite, le travail de Vincent Abadie Hafez (né en 1977) est le résultat de métissages, aux confluences de plusieurs cultures. Dès 1988, c’est sous le pseudonyme de Zepha qu’il s’investit au sein du mouvement graffiti. C’est en banlieue parisienne qu’il commence à imposer son nom et celui de son équipe ; il ne s’arrêtera pas depuis… Il s’approprie l’espace public et bouscule certaines habitudes visuelles : une sururbanisation latente est en train d’être dénoncée...
Tout comme un mot écrit sur le sable, son art se veut tout d’abord éphémère et accessible à tous.
Vincent Abadie Hafez développe un univers et un langage visuels dans lesquels se croisent le travail artisanal des anciennes civilisations, le mouvement de figuration libre,  de l’abstraction lyrique et du street art. Une esthétique à la croisée  de deux mondes, l’ancien et le moderne, révélant un juste équilibre du trait instinctif et de la composition réfléchie dans laquelle l’espace cosmique entrerait en collision avec l’infiniment petit.
Les configurations hybrides révèlent divers aspects, mixant les médiums et métissant les techniques… Naissent alors   des totems anthropomorphes en deux dimensions, usés par l'érosion et sur lesquels apparaissent des traces, signes et  symboles calligraphiés; les déliés et les pleins qu’on y retrouve aboutissent alors moins à une écriture qu'à une construction.
Un souffle graphique composé de formes sauvages habitées d'une énergie rebelle à volonté humaine qui met en lumière un ordre inhérent à l’équilibre de l’univers, et qui transparaît même au sein d’un chaos supposé.
Contrastes, oppositions et complémentarité enrichissent une production d’œuvres réalisées sur de multiples supports bruts de récupération, usés par le temps, porteurs de mémoire, aboutissement d’un questionnement sur ce monde semblant oublier les principes mêmes de son existence.

Libé
Mercredi 23 Novembre 2011

Lu 802 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs