Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La DEPF laisse l’essentiel pour s’atteler au superflu

Selon la direction, l'évolution vers la 4G devrait stimuler la croissance de la consommation privée




La DEPF laisse l’essentiel pour s’atteler au superflu
N’ayant peut-être pas trouvé  quelque chose de réjouissant dans les statistiques relatives à la situation de l’économie nationale, la Direction des études et prévisions financières (DEPF) vient de consacrer sa dernière étude à un projet dont la seule ANRT (Agence nationale de réglementation des télécommunications) a le monopole de par la loi, à savoir la téléphonie mobile de 4ème génération communément appelée 4G. Relevant du ministère de l’Economie et des Finances, la DEPF s’est crue autorisée à prendre le contrepied de l’ANRT en affirmant tout de go sa préoccupation face à l’essoufflement du marché de la 3G. Et ce, au moment où elle devait s’intéresser à l’état du  modèle de développement national qui montre depuis fort longtemps des signes patents d’essoufflement.
Selon ses analystes, «depuis l’ouverture à la concurrence, le marché des télécommunications a connu une croissance soutenue du chiffre d’affaires avec un taux annuel de 3,9% entre 2008 et 2011 passant à 36,9 MMDH». 
Cependant, «l’année 2012 a connu un fléchissement de 4,1% suite à la baisse des prix inhérente à la dynamique concurrentielle qui s’est établie entre les acteurs du secteur».  C’est pourquoi, selon eux, l’évolution vers la 4G dont les licences devraient être octroyées avant la fin du 1er semestre 2014 et dont l’exploitation commerciale pourrait intervenir courant 2015, serait de nature à stimuler la croissance de la consommation privée au Maroc, à travers le développement et l'usage d'offres des biens et services liées au commerce mobile (m-commerce).
Il s’agit des vertus que personne ne peut contester. Mais n’aurait-il pas valu pour la DEPF de nous livrer le tableau des indicateurs économiques nationaux, en ces temps où tous les clignotants semblent virer au rouge ? N’aurait-il pas été plus logique qu’elle planche sur l’impact des futures augmentations des prix induites tant par la décompensation que par la décision prise par les professionnels du transport public d’impacter directement les hausses sur leurs tarifs ?
Ne fallait-il pas aussi qu’elle s’attèle à étudier les véritables problématiques économiques et sociales du Royaume, dont le modèle de développement semble montrer ses limites ? Ne fallait-il pas qu’elle prenne son courage à deux mains pour nous proposer des alternatives et des idées qui serviront à jeter les jalons d’un nouveau modèle de développement à même de relancer l’économie nationale et de faire revenir la  croissance? 
Autant d’interrogations qui sont au cœur de ses responsabilités. Les assumera-t-elle ou cherchera-t-elle quelques autres échappatoires comme elle l’a fait concernant la 4G pour nous faire oublier les difficultés de la conjoncture actuelle? 

Mohammed Taleb
Mercredi 12 Mars 2014

Lu 1108 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs