Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Corne de l'Afrique de plus en plus aride avec le réchauffement climatique




La Corne de l'Afrique est de plus en plus aride avec le réchauffement climatique, estime une étude américaine qui contredit les précédentes prédictions d'un climat plus humide dans cette région instable frappée par des crises chroniques liées à la sécheresse.
Selon les géophysiciens des universités d'Arizona et de Columbia à New York, dont l'étude a été publiée vendredi dans la revue américaine Science Advances, cette partie de l'Afrique s'est asséchée avec le réchauffement planétaire qui s'est produit au siècle dernier à un rythme sans précédent.
Cette région subit de fréquentes sécheresses dévastatrices depuis des décennies, relèvent-ils. La partie orientale de la Corne de l'Afrique, qui englobe la Somalie, Djibouti et l'Éthiopie, recevra progressivement de moins en moins de précipitations durant la saison cruciale des pluies de mars à mai, laissant craindre une intensification des tensions régionales.
Cette projection contredit les modèles climatiques selon lesquels le réchauffement va au contraire y apporter davantage de précipitations au printemps.
"Les données paléoclimatiques des deux mille dernières années nous indiquent que la Corne de l'Afrique est plus aride quand la planète est plus chaude et plus humide quand la Terre est plus froide", précise Jessica Tierney, professeur de géophysique à l'Université d'Arizona, rapporte l’AFP.
Les scientifiques ont analysé des carottes de sédiment marin ancien prélevées dans le Golfe d'Aden, qui remonte à 40.000 ans.
Les couches sédimentaires sont tellement bien préservées dans la carotte que les chercheurs ont pu remonter dans le temps, décennie par décennie.
Les températures ont été calculées en analysant des substances chimiques laissées dans les sédiments par des micro-organismes marins appelés archées.
Pour traquer les niveaux d'aridité, les chercheurs ont analysé les acides gras provenant de l'huile des feuilles de plantes terrestres.
Quand le climat est plus sec, ces acides ont une plus grande teneur en deutérium, une forme lourde d'hydrogène. Bien que la Corne de l'Afrique ait connu une assez longue période humide durant le petit âge glaciaire de 1450 à 1850, ces scientifiques ont trouvé un accroissement important de cet isotope d'hydrogène au 20e siècle, indiquant clairement un climat devenant plus aride.
Ces mêmes géophysiciens avaient montré dans une précédente recherche que le Sahara, qui fut verdoyant dans le passé avec des précipitations régulières, s'était soudainement asséché au cours d'un ou deux siècles il y a environ 5.000 ans et non graduellement comme de nombreux scientifiques le pensaient.
L'étude apporte de nouvelles preuves qu'un changement climatique peut se produire soudainement.

Mercredi 14 Octobre 2015

Lu 651 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs