Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Corée du Nord dépêche un émissaire en Chine

Tokyo tend la main




La Corée du Nord dépêche un émissaire en Chine
La Corée du Nord a dépêché un émissaire mercredi en Chine, vraisemblablement pour obtenir un entretien de Kim Jong-Un avec le président Xi Jinping, tandis que Tokyo prend l’initiative du dialogue, au risque de fragiliser le front anti-Pyongyang, après des mois de tensions sur la péninsule coréenne.
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a désigné Choe Ryong-Hae, directeur du politburo de l’Armée populaire du Corée, pour le représenter à Pékin, a indiqué l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, sans préciser le motif de sa visite.
Choe est vraisemblablement le plus haut responsable nord-coréen à se rendre en Chine depuis Kim Jong-Il, défunt père de l’actuel numéro un du régime, en août 2011. Il a rencontré Wang Jiarui, à la tête du département des relations internationales du Parti communiste chinois.
La date choisie pour ce déplacement n’est pas anodine. Elle intervient à un peu plus de deux semaines avant un sommet entre le président américain Barack Obama et Xi Jinping les 7 et 8 juin en Californie.
«Choe est l’homme de confiance le plus proche de Kim Jong-Un. Kim envoie son émissaire de plus haut rang en Chine avant le sommet», note ainsi Yang Moo-Jin, professeur à l’université des études nord-coréennes de Séoul. «C’est (sa) façon de transmettre son message à Obama au sujet de la paix sur la péninsule coréenne et le dossier nucléaire», selon lui.
La Chine, seul allié de poids de la Corée du Nord et son principal bailleur de fonds, est considérée comme la mieux à même d’influer sur l’imprévisible régime de Pyongyang. Mais Pyongyang a courroucé son puissant voisin en ignorant ses mises en garde contre une déstabilisation de la région, effectuant, en un an, deux tirs de fusée (dont un réussi en décembre) considérés par les Occidentaux comme des essais déguisés de missiles balistiques, et un essai nucléaire (le 12 février dernier).
Pékin, souvent critiqué pour sa stratégie d’obstruction systématique à l’ONU destinée à éviter des mesures de rétorsion trop sévères contre Pyongyang, a de ce fait voté les nouvelles sanctions prises à l’encontre du régime nord-coréen par le Conseil de sécurité de l’ONU après l’essai nucléaire de février, dont des clôtures d’avoirs bancaires.

AFP
Jeudi 23 Mai 2013

Lu 168 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs