Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Commission Menouni a écouté les associations féminines modernistes et islamistes : Les droits des Marocaines seront-ils sacrifiés sur l’autel des conservatismes ?




La Commission Menouni a écouté les associations féminines modernistes et islamistes : Les droits des Marocaines seront-ils sacrifiés sur l’autel des conservatismes ?
L’inquiétude monte dans les rangs du mouvement féminin marocain. Lentement mais sûrement. En ces temps de réforme de la Constitution et alors que la Commission Menouni multiplie les auditions et les rencontres, les interrogations n’en finissent pas de se bousculer dans les associations féministes. Les femmes seront-elles réhabilitées dans leurs droits ? Justice leur sera-t-elle rendue ? La Commission en charge de la réforme globale de la Constitution va-t-elle privilégier l’approche universelle et la primauté des conventions internationales sur les lois internes pour que les droits des Marocaines trouvent enfin place dans la loi suprême du pays ?
« En fait nous n’avons aucune réponse claire à ces questions. La Commission relative à la révision ou la refonte –même cela nous n’en savons rien- ne communique pas sur son référentiel. Elle est pour le moment à un stade où elle écoute tout le monde, sans distinction. Que se passera-t-il ensuite ? Comment la question des droits des femmes et le principe de l’égalité entre la femme et l’homme seront-ils tranchés ? Nul n’est capable de le dire au jour d’aujourd’hui », soutient non sans inquiétude une activiste du mouvement féminin.
Les craintes des féministes marocaines, celles qui ont la particularité de croire au printemps de l’égalité, sont justement venues des séances d’audition organisées par ceux et celles de la Commission de la réforme de la Constitution. « On avait demandé aux associations féminines de venir en même temps pour présenter leurs propositions de réformes constitutionnelles. Quand nous avons appris que les associations féminines islamistes avaient reçu exactement la même information, nous avons freiné des quatre fers. Nous ne défendons pas les mêmes valeurs ni les mêmes principes. Impossible de parler d’une même voix. Alors, nous avons refusé ces auditions collectives. C’est cela en fait qui nous inquiète, cette tendance très marquée d’écouter le plus grand nombre alors qu’en matière des droits des femmes, les choses sont claires car elles procèdent de principes tels qu’universellement reconnus. La femme et l’homme ne sont pas seulement égaux devant la loi mais dans les droits politiques, civils, économiques et sociaux », explique une responsable de l’Association démocratique des femmes du Maroc.

La Commission doit affirmer son référentiel

La Commission a longuement écouté les associations féminines faisant front commun autour du Printemps de l’égalité. Elle a aussi et de la même manière écouté les associations féminines dont le référentiel s’inspire de la religion et la chari’aa. Devoir de consultation oblige.  « La Commission Menouni a le devoir de se déterminer sans la moindre ambiguïté sur le projet de société que la prochaine Constitution va porter. Ceux et celles de la Commission sont-ils dans une tendance démocratique, moderniste et égalitaire ? Ou, au contraire, la Commission va-t-elle être sensible à l’approche conservatrice ? En tout cas, le projet de société défendu par le sommet de l’Etat est clair : il s’agit d’un projet de société, de démocratie et de modernité. Il est temps pour Menouni et ses pairs de le réaffirmer sans équivoque », fait valoir avec force cette militante de la Ligue démocratique pour les droits des femmes.
Les activistes du Printemps de l’égalité ont choisi de se mobiliser. Elles veulent, disent-elles à l’unisson, peser de tout leur poids sur la dynamique de  la réforme de la Constitution. Pas de quartier pour  les conservatismes anachroniques ni le déni de droit faussement fondé sur l’Islam. Le combat de la sécularisation du droit et la primauté des conventions internationales relatives aux droits humains, aux droits des femmes et aux libertés est engagé. « Toute la question est aujourd’hui de savoir si, une fois encore et une fois de trop, les droits des Marocaines ne seront pas sacrifiés pour aboutir à une réforme consensuelle où l’on fera plaisir à tout le monde, mais pas à la moitié de la société. Autre question qui se pose et elle a toute son importance aujourd’hui: les partis progressistes et modernistes iront-ils jusqu’au bout de leur logique et de leur choix en soutenant la cause et les propositions du mouvement féminin qui prône l’égalité sans réserves ?», conclut cette responsable de l’ADFM.

Narjis Rerhaye
Vendredi 29 Avril 2011

Lu 367 fois


1.Posté par jamal le 29/04/2011 15:54
Dans une démocratie , lorsque l'on débat de réformes qui concernent l'ensemble de la société, on invite tous les parties concernés même si leur revendications sont à l'opposée l'une de l'autre, afin de trouver justement un consensus . Les associations féministes ont boycoté cette inviation sous prétexte que des associations féministes islamistes étaient invités à faire connaître leurs revendications . Mais au nom de quel droit les revendications féministes seraient supérieur aux autres? Celles qui revendiquent plus de démocratie sont visiblement contre toute forme de débat autour d'une table et ne veulent qu' imposer leur point de vue." égalité sans réserve" qu'est ce qui se cache dérrière cette expréssion? une émancipation féminine à l'européenne ignorant tout principe sacré de l'islam? Moi je dis je ne veux pas de ça pour mon pays. NON MERCI!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs