Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Cinémathèque de Tanger rend hommage à Ahmed Bouanani : Films, lectures, ateliers et rencontres sont au menu




La Cinémathèque de Tanger rend hommage à Ahmed Bouanani : Films, lectures, ateliers et rencontres sont au menu
A l’occasion du lancement d’un nouveau type de programmation, la Cinémathèque de Tanger honorera, du 7 au 11 novembre courant, en partenariat avec l’Observatoire et le Centre cinématographique marocain, Ahmed Bouanani (1938-2011), figure artistique et intellectuelle majeure marocaine. Cinéaste, monteur, scénariste, poète, romancier, dessinateur, polémiste et rebelle, Bouanani laisse derrière lui peu de films, essentiellement des courts-métrages tournés dans les années 1960 et un seul long-métrage, «Mirage», film incontournable du cinéma arabe moderne (sorti en 1980), le public aura l’occasion de voir ou revoir ce film mercredi 7 novembre à 18h00.
Malgré leur rareté, les films de Bouanani brillent d’une aura particulière dans le contexte du cinéma national. Figure élégante et discrète, contraint au silence pendant l’essentiel de sa carrière, Bouanani a pourtant exercé une influence majeure sur plusieurs générations de cinéastes marocains, y compris la plus contemporaine. Sans doute parce qu’il  a incarné et produit le cinéma marocain le plus audacieux, transcendant les limites de la fiction et du documentaire, toujours au plus près de la réalité du pays, mais sans jamais renoncer à la poésie. Il a publié plusieurs volumes de poésie et participé à la revue «Souffles» fondée par Abdellatif Laâbi.
L’œuvre filmique de Bouanani s’inscrit dans le contexte de production de films documentaires des années 60 et 70 au Maroc. Après l’indépendance, les premiers réalisateurs marocains (formés en Europe pour la plupart) font leurs armes comme fonctionnaires au Centre cinématographique marocain, seul organisme (avec la Télévision marocaine) à les accueillir et leur permettre d’exercer leur métier par le biais de films de commandes et des actualités marocaines.  Ces cinéastes qui aspiraient à l’affirmation d’une expression cinématographique propre vont s’emparer de ces uniques occasions de production pour tenter de réaliser leurs films. S’exposant à une censure parfois destructrice (comme pour «Mémoire 14» amputé de plus de 45 minutes détruites à jamais par  la censure), les jeunes réalisateurs s’essaient avec talent et une attention esthétique et philosophique forte, avec des courts métrages documentaires qui reflètent leur engagement social, leur attachement à l’art, à la culture populaire et à la mémoire collective.
La Cinémathèque juge urgent que cette œuvre soit découverte, ou redécouverte. Urgent également de tisser les fils entre une certaine modernité cinématographique ancrée dans le discours politique et esthétique des indépendances du début des années 1960 et le présent du cinéma marocain, ainsi que d’interroger l’influence, parfois souterraine, que l’œuvre de Bouanani exerce  et exercera encore pour longtemps sur le cinéma national. Urgence surtout de faire découvrir à une nouvelle génération d’étudiants en cinéma et littérature, qui seront présents lors de cette semaine spéciale, l’histoire du cinéma national dans laquelle ils souhaitent s’inscrire à leur tour.
Ahmed Bouanani, en plus d’être un artiste singulier, est aussi un écrivain. Ainsi il est l’auteur d’un ouvrage sur le cinéma marocain dont des extraits seront lus au public jeudi 8 novembre.
De nombreux collaborateurs, amis, acteurs, techniciens, famille, critiques de cinéma et personnalités du cinéma marocain seront présents pour témoigner et évoquer la vie et l’œuvre de cet artiste qui a marqué son temps. Ali Essafi, réalisateur d’un film sur Ahmed Bouanani, présentera des extraits de son film en cours au public.
Pendant ces quatre jours, huit intervenants professionnels internationaux, parmi eux Ivan Boccara (réalisateur franco-marocain), Ismail Bahri (artiste tunisien) et Francois Hien (documentariste) seront présents pour permettre aux jeunes étudiants en cinéma des Universités de Marrakech, Ouarzazate, Tétouan et Casablanca de réfléchir à la création documentaire, à travers l’œuvre de Ahmed Bouanani par le biais de réalisations    de courts métrages documentaires. Les    films seront projetés au public le    samedi 10 novembre à 20h00.
La Cinémathèque souhaiterait également rendre hommage à sa femme, Naima Saoudi Bouanani, qui a accompagné les plus grands films marocains en tant que costumière et décoratrice et qui a toujours travaillé au plus près de son mari.
En guise de clôture de ces journées d’hommage, les films «Les 4 sources», «la Marche d’un poète» seront présentés.

N.F
Mardi 6 Novembre 2012

Lu 841 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs