Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Chine dévalue le yuan après des indicateurs décevants

Demande déprimée de l'Europe et baisse des exportations vers les Etats-Unis, facteurs de la morosité




La Chine a dévalué le yuan mardi après une série d'indicateurs macroéconomiques décevants, et notamment une chute des exportations en juillet, ramenant la monnaie vers son plus bas niveau en près de trois ans.
La Banque de Chine a annoncé qu'elle fixait le point médian de la bande de fluctuation quotidienne autorisée du yuan à 6,2298 pour un dollar, contre 6,1162 lundi.
En présentant sa décision, elle a dit viser une dépréciation "exceptionnelle" de près de 2%.
La Chine gère le taux de change du yuan en fixant un point médian officiel autour duquel la monnaie peut varier chaque jour de plus ou moins 2%. Mais ces derniers mois, cette volatilité s'est évanouie et les cambistes soupçonnent la Banque de Chine et les grandes banques publiques d'avoir soutenu le yuan contre les pressions à la baisse.
La Banque de Chine a expliqué que désormais, elle fixerait ce point médian en se basant sur les estimations des intervenants et sur le cours de clôture de la veille.
Après l'annonce de son ajustement, le prix comptant du yuan a touché son niveau le plus bas depuis septembre 2012. Une baisse de 2% de la valeur du yuan est assez énorme pour les standards chinois. Avant cette décision, la monnaie variait depuis mars dans une bande de fluctuation quotidienne extrêmement étroite de + ou -0,3%.
La décision de la Banque centrale intervient trois jours après l'annonce d'une chute de 8,3% des exportations le mois dernier, leur plus forte baisse en quatre mois, alors que les économistes attendaient une diminution limitée à 1%. Elle fait suite également à l'annonce d'une nouvelle forte baisse des prix à la production, tombés en juillet à leur plus bas niveau depuis la fin 2009.
La politique du yuan fort, destinée en partie à soutenir la consommation intérieure et à aider les entreprises à investir à l'étranger, pénalise les exportateurs.
Les chiffres publiés samedi ont montré une demande déprimée de l'Europe et une première baisse depuis mars des exportations vers les Etats-Unis, premier débouché pour les exportations chinoises.
Cependant, des économistes doutent que cette décision de la Banque de Chine soit liée à cette statistique. On y voit plutôt un lien avec les droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international, qui sont calculés à partir d'un panier de devises. La Chine souhaiterait y faire entrer le yuan. Mais, souligne-t-on, il faut pour cela un mécanisme axé sur le marché et une certaine part de volatilité.
Dans un rapport récent, le FMI a estimé raisonnable de repousser à septembre 2016 toute décision concernant l'intégration du yuan dans son panier de devises, émettant un jugement mitigé quant aux progrès effectués par la Chine pour réformer son marché des changes.

Mercredi 12 Août 2015

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs