Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Chabiba ittihadia en conférence à Casablanca




La Chabiba ittihadia en conférence à Casablanca
Abdelmaksoud Rachdi : L’USFP fera face 
à la campagne apostasique

Jamal Rhmani : Le gouvernement 
perd du temps et de l’énergie dans des débats stériles

 
La Chabiba ittihadia (section Sidi Bernoussi) a organisé, samedi dernier, une conférence animée par Abdelmaksoud Rachdi, membre du Bureau politique de l’USFP et Jamal Rhmani, ex-ministre usfpéiste de l’Emploi.
Abdelmaksoud Rachdi a critiqué le bilan «faible» du gouvernement Benkirane en comparaison avec les promesses tenues. «Tous les grands projets qu’on voit actuellement, ce sont des projets de S.M le Roi et des anciens gouvernements», a-t-il insisté. Il a, par ailleurs, dénoncé ceux qui veulent nuire à l’image de l’USFP et fustigé la campagne apostasique dont ont fait l’objet le Premier secrétaire du parti, Driss Lachguar, les femmes ittihadies, les figures historiques du parti (Mehdi Ben Barka) et les intellectuels marocains (Mohamed Assid, Abdellah Laroui, Mohamed Abed El Jabri).
Pour Abdelmaksoud Rachdi, cette campagne ressemble au climat de terrorisme qui avait précédé l’organisation du premier Congrès de la Chabiba ittihadia, trois jours seulement après l’assassinat du martyr Omar Benjelloun, le 18 décembre 1975, par des membres de la Chabiba Islamiya. Mais «nous allons faire face à cette campagne», a-t-il martelé. Et pour y parvenir, il a insisté sur la nécessité de renforcer le parti et son ouverture sur la société initiée par le 9ème Congrès national. Il a rappelé, dans ce sens, les différentes initiatives prises par la direction du parti telles que la manifestation du 5 octobre 2013, et la Journée de la fidélité organisée l’année dernière, ou encore l’initiative qui a abouti à l’unification de la famille ittihadie. «Vous allez entendre de bonnes nouvelles au cours de l’année 2014», a-t-il conclu.
Pour sa part, l’ancien ministre de l’Emploi, Jamal Rhmani, a vivement critiqué le bilan du gouvernement Benkirane surtout sur le plan social. 
Depuis sa formation, ce gouvernement a gelé le dialogue social, et refuse jusqu’à présent de mettre en application les dispositions de l’accord du 26 avril 2011, même si certaines d’entre elles ne nécessitent que la volonté politique, comme c’est le cas de l’unification du SMIG et du SMAG.
Il a déploré le gaspillage du temps politique par le gouvernement actuel qui, au lieu de se pencher sur l’opérationnalisation de la nouvelle Constitution et les problèmes sociaux (l’emploi et la formation) qui préoccupent  aussi bien l’Etat que les ménages, se contente de perdre le temps et l’énergie à travers des débats stériles.
 

Mourad Tabet
Mardi 7 Janvier 2014

Lu 496 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs