Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La CGEM tient à Nairobi sa troisième édition du “Business Dialogue” sur l’agriculture et l’adaptation en Afrique






La CGEM a organisé, le 12 octobre courant, au Centre régional de ressources de l’Afrique de l’Est de la Banque africaine de développement (BAD), à Nairobi au Kenya, la troisième édition du Business Dialogue sur le thème « l'Agriculture et l'adaptation en Afrique (Triple A) ». 
Cet événement, qui s'inscrit dans le cadre du programme de la CGEM pour la COP22, a été organisé en partenariat avec le ministère marocain de l’Agriculture et de la Pêche maritime, l'Office chérifien des phosphates, le Crédit agricole du Maroc, la Banque africaine de développement, ainsi que la KEPSA, l’alliance patronale kenyane.
Plusieurs délégations de la région de l'Afrique de l'Est ont pris part au débat de ce Business dialogue, dont celles de l’Ouganda, de la Tanzanie, du Soudan, du Rwanda et du Kenya.
La délégation marocaine, conduite par Faïçal Mekouar, vice-président général de la CGEM, était composée d'acteurs économiques opérant dans les secteurs de l'agriculture, de l'agroalimentaire, de l'eau, de l'énergie et du financement agricole.
La rencontre, animée par Mohamed Aït Kadi, président du Conseil général du développement agricole, a porté sur les moyens à mettre en œuvre pour l'adaptation de l'agriculture africaine aux effets induits par le changement climatique. A cet effet, il a notamment été question de partenariat public-privé, de structuration des filières, de positionnement sur de nouvelles chaînes de valeur, de mise en place de systèmes d'agrégation et de gestion des ressources. Comme l'a précisé M. Mekouar, « 65% des terres arables en Afrique ne sont pas cultivées et si l'agriculture est préservée et développée, demain, l'Afrique aura de quoi nourrir toute la planète».
Rappelons qu'à travers son programme d'événements en rapport avec le changement climatique, et notamment les « Business dialogue », la CGEM, membre observateur auprès des Nations unies, soumettra les recommandations du secteur privé aux négociateurs de la COP22, en vue d'une meilleure intégration des contraintes de l'entreprise dans les mesures qui seront prises par les Etats. 

Libé
Mardi 18 Octobre 2016

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs