Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Bourse de Casablanca se forge un avenir prometteur

L’entrée de la Place casablancaise dans l'indice «Marché frontière» pourrait susciter l'intérêt des investisseurs, selon l’Oxford Business Group




La Bourse de Casablanca se forge un avenir prometteur
Comme à son habitude, le cabinet d’intelligence économique, Oxford Business Group (OBG), vient de livrer une autre analyse en faveur du Maroc. La dernière en date est relative à l’avenir de la Bourse de Casablanca, et bien sûr le think tank prévoit un avenir «prometteur» voire «florissant» pour la BVC.
«La Bourse des valeurs de Casablanca (BVC) est en train de se forger un avenir prometteur, et ce grâce aux réformes engagées et aux efforts concertés déployés par les autorités publiques et boursières» indique l’OBG dans une analyse qui vient de paraître.
Le cabinet d'intelligence économique basé à Londres, ajoute que «la Bourse casablancaise, placée désormais dans l'indice MSCI Frontier Market (marchés frontières) au lieu de l'indice MSCI Emerging Market (marchés émergents), pourrait attirer des flux de capitaux vers un marché boursier qui s'est vu confronter ces dernières années aux effets d'une conjoncture internationale difficile». Et ce, «en dépit de l’intérêt de certains investisseurs recherchés par les responsables de la BVC », estiment les analystes d’OBG. Et d'ajouter que le Maroc représente un poids de 6,7% dans l'indice du market Frontier, ce qui donne une plus grande visibilité pour les investisseurs. D'autant plus que les traders tablent sur un afflux d'investissements étrangers, ce qui pourrait aider la Place boursière de Casablanca à rattraper la baisse enregistrée par le marché en 2009.
Pour atteindre les objectifs escomptés et booster les transactions boursières, les autorités publiques et celles de la Bourse de Casablanca ne cessent de redoubler d'efforts pour introduire de nouvelles mesures afin de soutenir la Bourse et d'en améliorer la liquidité, souligne l'OBG, citant à cet égard un projet de loi autorisant "la vente à découvert" et le projet de création d'un marché de dérivés à la BVC.  Ces mesures visent à doter la Bourse de Casablanca d'un cadre règlementaire approprié et flexible lui permettant de relever les défis de la concurrence, précise le cabinet britannique d'études et de conseils, mettant l'accent sur la volonté affichée par le gouvernement pour redynamiser le marché boursier.  "En dépit d'un manque de liquidité du marché, ce qui pourrait affecter le développement de nouvelles plateformes sur le court terme, le lancement du marché de dérivés devrait déboucher sur de nouvelles opportunités d'investissement ", soutiennent les experts de l'OBG. La cotation en Bourse d'un plus grand nombre d'entreprises pourrait également permettre de consolider le marché boursier au Maroc, ajoute l'étude britannique, mettant en avant les mesures prises par les dirigeants de la BVC pour encourager de nouvelles entreprises à s'y introduire.
L'an dernier, les responsables de la Bourse de Casablanca ont rencontré plus de 170 entreprises, dont certaines étaient intéressées par une introduction en Bourse, rappelle l'OBG. Un certain nombre de mesures incitatives ont été mises en place, notamment une subvention de la BVC allant jusqu'à 500.000 dirhams (44.780 euros) pour couvrir les frais liés à l'introduction en Bourse, tels que les coûts des conseillers juridiques et financiers.
Selon l'avis des experts de l'OBG, les réformes proposées par les autorités boursières marocaines sont susceptibles de stimuler les activités sur le moyen terme. Fin août, la BVC affichait une baisse de plus de 10% par rapport au début de l'année, l'indice MASI (Morocco All Shares Index), un indice pondéré par la capitalisation boursière composé de 75 entreprises cotées, était en recul de 10,05% par rapport à son niveau au premier janvier, à 8419,04. Le MADEX, indice composé des valeurs les plus liquides cotées en continu, était en recul de 10,29%, à 6830,53.
D'après l'analyse de l'OBG, la Bourse casablancaise continue à subir les effets d'un climat économique difficile, au Maroc comme à l'extérieur. Et pour aider le marché boursier à surmonter les obstacles conjoncturels, les autorités publiques et boursières s'emploient à améliorer les conditions d'introduction en Bourse et accroître le nombre de transactions et de investissements.
Ces mesures volontaristes devraient entraîner un rebond des activités de transaction et de capitalisation sur le moyen terme, conclut l'étude de l'OBG.

Libé
Samedi 19 Octobre 2013

Lu 686 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs