Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Bourse de Casablanca et le CFC en quête de croissance et d’opportunités d’affaires à Londres


Une vingtaine d’investisseurs institutionnels britanniques et américains pour attirer des capitaux étrangers



La Bourse de Casablanca et Casablanca Finance City (CFC) veulent attirer plus d’investisseurs étrangers et en particulier britanniques en quête de croissance et d’opportunités d’affaires. 
Pour atteindre cet objectif, la première édition de la conférence "Morocco, Your Footprint in Africa" a été organisée au cœur de la capitale britannique, le premier centre financier du monde.
Organisée conjointement par la Bourse de Casablanca et le London Stock Exchange Group, cette rencontre a été l'occasion de présenter aux investisseurs britanniques notamment des fonds d'investissement, entreprises cibles de CFC, les opportunités d'investissement qu'offre le pays dans les secteurs des services financiers, de l'énergie et des mines, des télécoms et NTI et de la logistique ainsi que les avantages de Casablanca comme hub financier régional.
Selon le DG de la Bourse de Casablanca, Karim Hajji, cette conférence a permis de présenter 14 émetteurs marocains parmi les plus grandes entreprises cotées à la bourse de Casablanca à une vingtaine d’investisseurs institutionnels britanniques et américains pour explorer les pistes de partenariats et attirer des capitaux étrangers.
"La Bourse de Casablanca est la seconde Place en Afrique qui offre des perspectives prometteuses de développement", a-t-il ajouté, exprimant le souhait de voir plus de PME marocaines entrer en Bourse et la Place casablancaise devenir "un hub financier régional". 
Pour sa part, Saïd Ibrahimi, DG de Casablanca Finance City Authority, a souligné l’importance de cette conférence organisée au siège de London Stock Exchange, notant que cette rencontre a permis de mettre en avant les atouts compétitifs du Royaume et le rôle central que joue le Maroc en Afrique.
"Le Maroc est une porte d’entrée naturelle" pour les entrepreneurs britanniques sur le continent africain, a-t-il ajouté, mettant en avant la confiance dont jouit le Maroc sur le plan régional et international, en particulier en Afrique.
M. Ibrahimi a, en outre, mis en valeur la pertinence de la politique africaine adoptée par le Maroc dans le cadre d’une coopération Sud-Sud active et solidaire, impulsée par SM le Roi Mohammed VI qui a effectué de nombreuses tournées africaines ces dernières années. Les tournées Royales effectuées en Afrique ont été couronnées par la conclusion de plusieurs accords de coopération avec les pays africains amis et partenaires, donnant ainsi au Maroc plus de visibilité à l’international, a relevé M. Ibrahimi, soulignant la nécessité de valoriser et de capitaliser ces acquis pour consolider davantage le positionnement du Maroc en Afrique.
Le CFC, a-t-il dit, est devenu aujourd’hui la première place financière africaine selon le classement de Global Financial Centers Index (GFCI), indice de référence des centres financiers internationaux en passant devant Johannesburg, qui occupe dorénavant la seconde marche du podium continental.
Au niveau mondial, CFC occupe la 33ème position, toujours selon ce classement. Près de six ans après sa création, le centre financier basé à Casablanca a réussi à s’imposer dans le paysage économique financier régional et international. Le GFCI permet d’établir un classement des places financières en fonction d’un critère principal : leur compétitivité. Il se base pour cela sur deux sources de données, l’une externe, qui agrège et intègre 105 indices de compétitivité parmi lesquels ceux de la Banque mondiale, du WEF, de l’ONU ou de l’OCDE.  Le second est le résultat d’évaluationde professionnels internationaux de la finance qui doivent répondre à un questionnaire comparatif intégré évaluant les places entre elles.
Depuis son lancement, CFC a réussi à attirer une centaine de multinationales de premier plan qui ont choisi d’opérer en Afrique à partir de la capitale économique marocaine. Parmi les groupes ayant obtenu le statut CFC, les Américains Ford et AIG, Bank Of China, BNP Paribas, Abraaj, ou encore le Boston Consulting Group.

Libé
Lundi 25 Avril 2016

Lu 1552 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs