Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Berd s’est fixé comme objectif d’investir 2,5 milliards d’euros par an au Maroc

Cette mesure concernera également trois autres pays arabes dès 2015




La Berd s’est fixé comme objectif d’investir 2,5 milliards d’euros  par an au Maroc
La Berd vise 2,5 milliards d'euros d'investissements par an à partir de 2015 en Tunisie, en Egypte, en Jordanie et au Maroc, a indiqué son vice-président à l'AFP, tout en reconnaissant que l'objectif sera difficile à atteindre.
«Pour les quatre pays, on nous a demandé dans la mesure du possible de monter en puissance, on nous a donné comme objectif 2,5 milliards d'euros (d'investissements) annuels dès 2015», a déclaré à l'AFP Philip Bennett, le vice-président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.
«Reste à voir si c'est réalisable. Je soupçonne qu'il faudra plus longtemps pour monter en puissance en raison (notamment) de l'incertitude politique qui existe depuis longtemps», a-t-il relevé, à l'occasion de l'ouverture à Tunis du premier bureau de la Berd dans le monde arabe.
Fondée en 1991, la Berd est détenue par 64 pays, l'Union européenne et la Banque européenne d'investissement.
Evoquant la Tunisie, M. Bennett a dit espérer une sortie rapide de sa transition politique pour permettre la mise en place d'institutions durables à même de permettre au secteur privé de se développer.
«Nous nous attendons à ce que le processus parlementaire et constitutionnel avance à court et moyen termes», a-t-il relevé.
M. Benett a appelé à l'adoption du nouveau code d'investissements, «une évolution positive», en discussion depuis des mois, tout comme le texte de la future Constitution tunisienne.
La révolution de 2011 en Tunisie, dont l'économie est largement pilotée par l'Etat, a été motivée par la misère et le chômage. Or deux ans et demi plus tard, la croissance reste en berne, le chômage tutoie les 17% et l'inflation est en hausse, entraînant des conflits sociaux à répétition parfois violents.
L'incertitude politique dans le pays et des vagues successives de violence ont aussi nourri la frilosité des investisseurs, alors que la crise économique en zone euro a plombé le commerce de la Tunisie dont l'Europe est le principal partenaire.

AFP
Samedi 15 Juin 2013

Lu 237 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs