Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Banque mondiale accorde un prêt de 160 millions de dollars au Maroc


Appui des réformes du cadre des affaires et stimulation de la compétitivité



La Banque mondiale accorde un prêt de 160 millions  de dollars au Maroc
La Banque mondiale (BM) a approuvé un prêt de 160 millions de dollars qui contribuera à appuyer les réformes du cadre des affaires au Maroc et à stimuler la compétitivité, la croissance et la création d’emplois, dans le contexte d’une économie mondiale de plus en plus compétitive, a indiqué cette institution de Bretton Woods dans un communiqué.  Ce premier prêt de politiques de développement pour l’appui de la compétitivité économique, approuvé mardi par le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale, permettra d’améliorer la transparence et la responsabilité dans les procédures d’investissement et de faciliter les échanges commerciaux, a précisé le communiqué. Ce programme de financement s’inscrit dans le cadre d’un ensemble d’opérations appuyées par la BM en vue d’aider le Maroc à accroître sa compétitivité. Il contribuera à favoriser les réformes des politiques publiques en cours visant à simplifier le cadre réglementaire et à faciliter le commerce. Le programme permettra en outre de renforcer la capacité d’institutions cruciales, tels que le Comité national de l’environnement des affaires, le Conseil de la concurrence et la Commission des investissements.
«Au cours de la décennie écoulée, le Maroc a entrepris de mener un certain nombre de réformes prometteuses visant à libéraliser et à promouvoir l’investissement dans des secteurs clés», a déclaré Simon Gray, directeur du département Maghreb de la Banque mondiale.  Il a ajouté que «l’impact de ces réformes sur la croissance et la création d’emplois sera davantage décuplé en s’attaquant aux rigidités résiduelles du cadre institutionnel et réglementaire régissant l’activité économique, notamment celles qui touchent les petites et moyennes entreprises (PME)». Les PME représentent environ 95% du secteur privé au Maroc et constituent une source importante d’emplois. Le programme englobe des réformes qui permettront de s’attaquer aux longs délais de paiement, aux obstacles bureaucratiques, à la concurrence déloyale et au manque de prévisibilité dans l’application des règles.
«La promotion d’un secteur privé plus dynamique et robuste est essentielle à la prospérité du Maroc, et elle passe par une collaboration plus efficace entre les acteurs concernés et une meilleure coordination des politiques», a indiqué, de son côté, Philippe de Meneval, chef d’équipe de projet à la Banque mondiale.

MAP
Vendredi 15 Mars 2013

Lu 206 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs