Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La BM souligne la nécessité des réformes macroéconomiques pour l’augmentation des capacités à l'exportation

Le Maroc dans une situation «relativement privilégiée» par rapport aux autres pays de la MENA




La BM souligne la nécessité des réformes macroéconomiques pour l’augmentation des capacités à l'exportation
Après la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), qui a alerté sur le manque de compétitivité de l’économie nationale face à la concurrence mondiale, c’est autour de la Banque mondiale de faire pareil.
En effet, s’exprimant mardi dernier à Bruxelles,  l'économiste principal au bureau de la Banque mondiale à Rabat, Jean-Pierre Chauffour, a affirmé que le Maroc peut multiplier ses capacités à l'exportation et augmenter la compétitivité de son économie à travers des réformes macroéconomiques et une allocation efficiente des ressources dans les segments les plus dynamiques du commerce international.
Des réformes macroéconomiques doivent être menées notamment en matière de retraites et de réduction de la charge de la compensation, a indiqué M. Chauffour dans une déclaration à la MAP à l'occasion de la présentation d'un rapport de la Banque mondiale sur l'intégration économique dans la région MENA (Moyen-Orient-Afrique du Nord), soulignant que cet effort de consolidation budgétaire s'impose aujourd'hui en cette «situation un peu difficile» que traverse l'économie marocaine.
Le Maroc pourrait aussi accélérer les réformes déjà entamées et qui visent à faciliter l'allocation des ressources dans les secteurs les plus productifs et à favoriser un terrain de concurrence où les facteurs de production peuvent être alloués dans les domaines où ils seront les mieux utilisés, a-t-il ajouté.
M. Chauffour a fait observer que le Maroc se trouve dans une situation «relativement privilégiée», par rapport aux autres pays de la région, pour mener ces réformes qui lui permettront de bénéficier du commerce international comme moteur de croissance.  
Le Maroc, a-t-il expliqué, est dans une situation «relativement favorable» en ce sens qu'il est parmi les rares pays dont l'économie n'a pas été affectée par les évènements du Printemps arabe et qui a continué à drainer des investissements directs étrangers au moment où d'autres ont enregistré une très forte baisse  du tourisme et un recul très important des recettes d'exploration.
M. Chaufour a en outre indiqué que les principaux partenaires du Maroc, notamment l'UE, sont prêts à accompagner le Royaume dans ses réformes, notant que le fait qu'il soit le premier pays avec lequel l'UE a entamé les négociations sur un accord de libre-échange approfondi et global constitue un «signe très favorable».

Libé
Jeudi 23 Mai 2013

Lu 184 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs