Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La BM salue les efforts du Royaume dans la gestion des ressources hydriques : Le Maroc consacre 34 milliards DH à l’économie de l’eau




La BM salue les efforts du Royaume dans la gestion des ressources hydriques : Le Maroc consacre 34 milliards DH à l’économie de l’eau
La Banque mondiale a salué les efforts déployés par le Maroc dans le secteur de l'eau, précisant que le Royaume est "en voie de dépasser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans le domaine de la gestion de l'eau et de l'assainissement". Ces performances sont le résultat de l'accroissement des dépenses publiques consacrées au renforcement des infrastructures dans le domaine de la gestion de l'eau et de l'assainissement, a précisé la Banque mondiale dans une note sur les réalisations du Maroc dans ce secteur stratégique. L'Institution de Bretton Woods a indiqué que les fonds consacrés entre 2005 et 2009 aux programmes d'infrastructures liées à la gestion de la ressource, l'irrigation, l'approvisionnement en eau et l'assainissement, représentent 25% des dépenses publiques dans le secteur de l'eau en général. Les réformes entreprises au Maroc dans ce domaine ont largement contribué à l'amélioration des taux d'accès à l'eau potable dans le monde rural et de raccordement au réseau d'assainissement dans les quartiers périurbains, a-t-elle estimé dans cette note consacrée à l'évaluation de la collaboration entre le Maroc et la Banque mondiale dans le secteur de l'eau. Grâce à l'accélération des programmes d'approvisionnement en eau dans les zones rurales, y compris un projet de 60 millions de dollars financé par la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), le taux d'accès à l'eau potable est passé de 50% en 2004 à 87% en 2009 dans le monde rural, a souligné la Banque. Elle a indiqué également que le Royaume a mis l'accent sur les politiques de gestion des ressources hydriques, notamment le développement de nouvelles alternatives, comme le dessalement de l'eau de mer et le traitement des eaux usées. A cet égard, la BM a souligné l'importance du programme national d'économie des eaux d'irrigation, qui a mobilisé 34 milliards de dirhams, pour économiser de 30 à 50 % d'eau. Les prochaines étapes dans le partenariat entre la Banque mondiale et le Maroc dans le domaine de l'eau porteront notamment sur un dialogue politique et des prêts pour accompagner davantage les réformes et les investissements, visant à adapter la gestion des ressources hydriques au changement climatique, à moderniser le secteur de l'irrigation et à réorganiser le secteur de l'approvisionnement en eau et l'assainissement. La Banque a salué également la politique des barrages menée au Maroc, qui a été "couronnée de succès", mettant l'accent toutefois sur les efforts qui restent encore à faire notamment dans les domaines de la gestion de la demande en eau et de la préservation des ressources hydriques.
A noter que les besoins en eau pour l’agriculture représentent 80 % des prélèvements d'eau. Dans le cadre du Plan Maroc Vert, le Royaume a démarré un programme national d'économie d'eau en irrigation destiné à la reconversion des techniques d'irrigation vers le système de goûte à goûte sur d'importantes surfaces irriguées jusque-là en gravitaire.
Par rapport à la coopération Sud-Sud, le Royaume continue à développer ses relations de coopération avec les pays de l’Afrique subsaharienne, confrontés également aux mêmes problèmes de rareté de l'eau, de baisse de la productivité du secteur agricole et de la dégradation de l'environnement. Il y a lieu de rappeler qu’en matière d’eau potable, la situation en Afrique est insoutenable. 50% des lits d'hôpitaux sont encore occupés par des malades souffrant de pathologies, souvent liées à l'eau. 900 millions d'habitants de par le monde n'ont toujours pas accès à l'eau potable.

ONEP : généraliser l’accès à l’eau potable

Au titre de l’année 2010, l’ONEP prévoit d’investir 4,1 milliards DH, un montant équivalent à celui engagé en 2009. Pour la période 2011-2012, l’ONEP devrait mobiliser un budget de 8,8 milliards DH pour la réalisation de plusieurs projets, dont 4,2 milliards DH dans le domaine de l’alimentation en eau potable en milieu urbain.  En milieu rural, l’Office prévoit d’investir 2,6 milliards DH pour la généralisation de l’accès à l’eau potable et porter in fine le taux de desserte à 93%. L’ONEP envisage aussi de lancer des travaux d’assainissement liquide dans 20 villes et centres pour un montant d’investissement de 2 milliards DH. En milieu rural, le taux d’accès à l’eau potable a atteint 86%. 2,8 millions d’habitants sont desservis par l’Office, dont 690.000 habitants par branchements individuels. 1er producteur avec 767 millions de m3, couvrant les besoins de 96% de la population urbaine du Royaume, l’ONEP dit avoir consacré un montant de 7,4 milliards DH pour  le développement des infrastructures d'approvisionnement du milieu urbain en eau potable.

A.Karim
Jeudi 15 Avril 2010

Lu 423 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs