Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La BM approuve un prêt au Royaume

200 millions de dollars en appui aux réformes sur la transparence et la responsabilité publique




La BM approuve un prêt au Royaume
La Banque mondiale a approuvé l’octroi d’un prêt de 200 millions de dollars au Maroc afin de soutenir un vaste programme de réformes en faveur d’une gouvernance inclusive, a annoncé mercredi cette institution financière internationale basée à Washington. Baptisé «Hakama», ce prêt à l’appui des politiques de développement pour la transparence et la responsabilité est le premier d‘une série de deux opérations qui permettront d’assurer une gestion des ressources publiques plus transparente et responsable, et de promouvoir une gouvernance «ouverte».
«Le programme Hakama permettra de donner une forte impulsion aux réformes sur la gouvernance actuellement en cours au Maroc», a souligné, à cette occasion, Simon Gray, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, expliquant que cet appui consistera à agir sur des «domaines clés pour l’amélioration de la performance et de la transparence du secteur public, tout en renforçant l’accès des citoyens à l’information et leur participation aux processus de décision».
La BM rappelle, à cet égard, que le Maroc a entamé un processus de réformes constitutionnelles et adopté, le 1er juillet 2011, la nouvelle Constitution visant à renforcer la participation citoyenne et à élargir l’accès à l’information.
Le programme Hakama s’inscrit dans le cadre de ces nouveaux droits constitutionnels et soutiendra leur concrétisation en accompagnant des réformes de gouvernance structurelles aux différents niveaux du secteur public : administration centrale, entreprises publiques, collectivités locales, et relations entre Etat et collectivités locales, ajoute-t-on de même source dans un communiqué.
Composée de deux volets, cette opération soutiendra une série de mesures transversales portant sur la budgétisation axée sur la performance, la réforme de la passation des marchés publics, l’application du Code de bonnes pratiques de gouvernance dans les entreprises publiques clés, l’établissement d’un cadre juridique pour les partenariats public-privé et la mise en place d’un système de gestion financière intégré au niveau des collectivités locales.
Tandis que les nouvelles lois sur le droit à l’information et le droit de pétition sont en cours d’élaboration, cette opération renforcera aussi les mesures de transparence budgétaire et de concertation publique, selon la Banque mondiale.

Libé
Samedi 2 Novembre 2013

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs