Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’usage d'agents chimiques en Syrie confirmé par l'ONU

La commission onusienne n’a pas reçu le feu vert de Damas




L’usage d'agents chimiques en Syrie confirmé par l'ONU
L'usage d'agents chimiques dans au moins quatre occasions en Syrie en mars et avril a été dénoncé mardi par la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie, dans son dernier rapport devant le Conseil des droits de l'Homme.
La Commission d'enquête estime qu'"il y a des motifs raisonnables de penser que des quantités limitées de produits chimiques ont été utilisées". Les enquêteurs font état de 4 événements (à Khan Al-Assal près d'Alep le 19 mars; à Uteibah près de Damas le 19 mars; dans le quartier de Cheikh Maqsoud à Alep 13 avril; et dans la ville de Saraqeb le 29 avril) lors desquels ces agents auraient été utilisés, mais leurs enquêtes n'ont pour l'instant "pas permis d'identifier la nature de ces agents chimiques, les systèmes d'armes employées ni qui les a utilisés".
"Nous avons des interviews de victimes, de réfugiés (...) et de personnel médical", a expliqué le président de la Commission, le Brésilien Paulo Pinheiro.
Mais pour la célèbre magistrate suisse Carla del Ponte, membre de la Commission d'enquête, "il ne faut pas faire de ces épisodes une histoire plus grande que ce qu'elle est" en comparaison avec le nombre global de victimes du conflit.
"D'autres incidents sont également sous enquête", écrivent les experts, dans leur rapport qui couvre la période allant du 15 janvier au 15 mai. La Commission demande que le gouvernement syrien autorise la commission d'enquête sur les armes chimiques mise en place par le Secrétaire général de l'ONU à se rendre sur place.
La Commission souligne que "crimes de guerre et crimes contre l'humanité sont devenus une réalité quotidienne en Syrie", citant notamment l'usage d'armes chimiques, des massacres et l'usage de la torture.
Agissant sous mandat du Conseil des droits de l'Homme, la Commission d'enquête n'a toujours pas reçu le feu vert de Damas pour se rendre en Syrie. Depuis le début de son mandat en septembre 2011, elle a réalisé 1.630 interviews dans la région et à Genève et enquête sur 30 allégations de massacres, dont 17 auraient été commis depuis le 15 janvier.
"Je suis très surprise par la violence et la cruauté des actes criminels, surtout les actes de torture. Un autre élément qui m'a aussi perturbé, c'est l'utilisation des enfants dans les combats" et qui sont "tués, torturés", a raconté avec effroi Mme del Ponte.
Depuis le début du conflit, 86 enfants soldats auraient été tués durant les combats, dont la moitié depuis janvier.

AFP
Mercredi 5 Juin 2013

Lu 137 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs