Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ouverture de Thomas Jefferson sur l'islam mis en avant à Rabat

L’Association marocaine des droits humains dénonce les intimidations des pouvoirs publics




L'ouverture de Thomas Jefferson sur l'islam mis en avant à Rabat
«L'islam aux Etats-Unis, entre le passé et le présent», est le thème d'un colloque organisé, vendredi à Rabat, avec la participation d'une pléiade de chercheurs marocains et américains.
Initiée sous le thème "Les pères fondateurs des Etats-Unis et l'islam", par la Moroccan-american Freindship Foundation, en collaboration avec le Cercle Jefferson-Paris et l'ambassade des Etats-Unis à Rabat, cette rencontre a été l'occasion de jeter la lumière sur plusieurs aspects des relations entretenues par les Etats-Unis et le monde musulman. Ainsi, Robert Allison, professeur à l'Université Suffolk a indiqué que les pères fondateurs des Etats-Unis procédaient avec pragmatisme pour prendre connaissance des expériences de cette région en matière de gestion de la pluralité culturelle au sein de la même société.
Mettant en avant l'ouverture de Thomas Jefferson sur l'islam, soit en tant qu'ambassadeur des Etats-Unis à Paris ou durant son mandat présidentiel, M. Allison s'est arrêté sur plusieurs étapes ayant jalonné le contact entre les Américains et l'islam durant les années 70 et 80 du 18ème siècle, notamment la signature du traité de paix et d'amitié avec le Maroc, le plus ancien du genre dans l'histoire du Nouveau Monde.
De son côté, Mokhtar Ghambou, professeur chercheur, a focalisé sur l'aspect humain de ces relations à travers l'histoire de gens ordinaires, affirmant qu'un regard sur l'histoire des relations entre l'Etats-Unis et le monde islamique est de nature à ouvrir la porte au changement de l'actuelle vision dominée par les tensions et la divergence. 
Pour sa part, Hassan Aourid, professeur et penseur, a souligné l'influence réciproque qui a marqué les relations entre le monde islamique et les Etats-Unis, notamment au niveau de l'imaginaire collectif, précisant que les musulmans de l'Afrique de l'Ouest, victimes de la traite négrière, ont participé au façonnement de la personnalité américaine au fil des décennies.
En revanche, les Etats-Unis ont largement contribué au soutien des mouvements revendiquant l'indépendance dans plusieurs pays islamiques, à travers les 14 points de Wilson, la Charte de l'Atlantique de 1941 ou la Conférence d'Anfa, a-t-il précisé. Paul Heck, professeur à l'Université Georges Touwn, a évoqué, lui, le vécu des musulmans aux Etats-Unis, affirmant que cette communauté dispose des garanties liées à la liberté du culte, conformément à la Constitution américaine qui n'établit aucune distinction entre les religions.
Intervenant à cette occasion, Yasmine Hasnaoui, présidente du Moroccan-american Freindship Foundation, a souligné que cette rencontre vise à couper avec les stéréotypes séparant musulmans et Américains et à instaurer une plateforme de dialogue de haut niveau intellectuel et scientifique pour partager les connaissances sur cette question.

Mardi 19 Mai 2015

Lu 448 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs