Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’origine du conte du Petit Chaperon rouge dévoilée




L’origine du conte du Petit Chaperon rouge dévoilée
Une petite fille vêtue d’un capuchon rouge s’aventurant dans les bois pour aller visiter sa mère-grand. Ça ne vous rappelle rien ? Le “Petit Chaperon rouge” bien sûr ! Popularisé par les frères Grimm, ce conte est l’un des plus connus au monde. Et pourtant, son origine a toujours fait débat parmi les spécialistes. D’où provient-il réellement ?
Pour le savoir, un anthropologue britannique Jamie Tehrani, de l’Université de Durham a mené une étude inattendue faisant appel à une méthode statistique. Plus précisément, le modèle dont se servent les biologistes pour établir le degré de parenté entre les espèces et mieux comprendre leur évolution. Cité dans un communiqué, le chercheur explique : j’ai réalisé le même travail qu’un “biologiste qui montre par exemple que les humains et les grands singes partagent un ancêtre commun, mais qu’ils ont évolué dans des espèces distinctes”.
Grâce à cela, il a déterminé que “Le Petit Chaperon rouge” a les mêmes origines qu’un célèbre conte allemand : “Le loup et les sept chevreaux”. L’histoire finale a simplement divergé. Pour arriver à cette conclusion, Jamie Tehrani a employé le modèle mathématique sur 58 variantes du conte en se concentrant sur 72 variables (nombre et sexe des protagonistes, le type d’animal, la fin, les ruses utilisées, etc.)
Il existe par exemple une variante du conte où la fillette échappe au loup en demandant si elle peut sortir pour aller aux toilettes. D’autres versions sont en revanche bien plus différentes telles “Le loup et les sept chevreaux”, contée en Europe et au Moyen-Orient. Dans cette histoire, c’est une chèvre qui quitte sa maison et ses petits en leur disant de n’ouvrir à personne. Mais le loup qui a entendu l’avertissement parvient à les tromper, à entrer et à les manger. Encore plus différent en Asie de l’est (Japon, Chine et Corée notamment), un conte “La grand-mère tigre”, fait dormir tout un groupe d’enfants avec un tigre déguisé en leur grand-mère. Après que l’animal a mangé le plus jeune, les autres réussissent à s’échapper en demandant de sortir pour aller aux toilettes.
Avec le modèle, Tehrani a comparé les similarités entre les variables et déterminer la probabilité qu’elles proviennent d’une même source. Ceci a alors abouti à la création d’un arbre qui montre comment l’histoire a évolué. Selon les résultats publiés dans la revue PLoS ONE, la version la plus ancienne du Petit Chaperon rouge n’est pas issue de la tradition orale chinoise comme certains le disaient. “Ma recherche montre l’opposé, à savoir que la version chinoise est dérivée des traditions orales européennes“, affirme Jamie Tehrani cité par Discovery News.
“Les Chinois ont en fait mélangé le Petit Chaperon rouge, le loup et les sept chevreaux, et des contes du folklore local pour créer une nouvelle version hybride”, indique-t-il. Il en va de même en Afrique où les différentes versions orales ou écrites sont des hybrides. Mais celles-ci sont plus proches du “loup et les sept chevreaux” que du “Petit chaperon rouge”. La recherche montre également que “Le loup et les sept chevreaux” date du Ier siècle et que ce n’est que 1.000 ans plus tard qu’une de ses variantes est devenue “Le Petit Chaperon rouge”.
La version que racontent les frères Grimm dans leur recueil publié en Allemagne au XIXème siècle est elle-même basée sur celle de Charles Perrault écrite au XVIIe siècle. Et la version de Perrault est tirée d’un conte encore plus ancien transmis par la tradition orale en France et en Autriche.

Maxisciences
Mardi 26 Novembre 2013

Lu 560 fois


1.Posté par Acribic le 04/12/2013 21:28
L'idée d'une phylogénie du conte du Petit Chaperon Rouge est intéressante, mais cette recherche est ici complètement faussée du fait que l'auteur ne lit que l'anglais: il ne s'est donc appuyé que sur quelques dizaines de versions publiées ou traduites dans cette langue, alors qu'il en existe des centaines d'autres (dont une trentaine en français)! Voir la critique complète de cette publication, parue ici: http://nouvellemythologiecomparee.hautetfort.com/archive/2013/12/04/patrice-lajoye-julien-d-huy-and-jean-loic-le-quellec-comment-5237721.html

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs