Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

«L'orchestre des aveugles» remporte le Grand prix du Festival d'Oran




«L'orchestre des aveugles» remporte le Grand prix du Festival d'Oran
Après l’Etalon d’or, le plus prestigieux Prix du cinéma africain, "L'orchestre des aveugles" du réalisateur marocain Mohamed Mouftakir a remporté le Grand prix de la 8ème édition du Festival international d'Oran du film arabe, qui a pris fin vendredi dernier. Le Wihr d'Or, la plus prestigieuse distinction du festival, a été remis au cinéaste marocain, lors de la cérémonie de clôture de cet évènement cinématographique, organisé du 3 au 12 juin dans cette ville de l'ouest algérien. Dans une déclaration à la presse, le réalisateur marocain s'est réjoui de cette distinction qui constitue pour lui "un honneur et une fierté". 
Le film "L'orchestre des aveugles", qui était parmi les douze œuvres en  compétition dans la catégorie des longs-métrages, relate l'histoire d'un orchestre populaire conduit par Hocine (Younes Megri), qui réside avec son épouse Halima (Mouna Fettou) dans la maison familiale de celle-ci, une maison animée aux personnages haut en couleur qui vivent au rythme de l'orchestre et de ses danseuses traditionnelles. 
Les musiciens hommes de cet orchestre bien particulier sont parfois obligés de se faire passer pour des aveugles - d'où le titre du film - afin de pouvoir jouer dans les fêtes réservées aux femmes organisées par des familles marocaines conservatrices. Hocine est également le père de Mimou (Ilyas El Jihani). Il prend son rôle très à cœur et souhaite le meilleur pour son fils. 
Mais Mimou va rapidement tomber amoureux de Chama, la nouvelle bonne de leur voisine, et pour ne pas décevoir son père, il va tricher en falsifiant son bulletin de notes. A travers ce film, Mohamed Mouftakir revient sur une partie de son enfance, questionnant son vécu et sa relation avec son père jusqu'à sa mort survenue alors qu'il avait 11 ans. "Il s'agit d'une comédie sociale à 50% autobiographique", a confié le cinéaste Mouftakir, après la projection du film à la salle Maghreb d'Oran. Un de ses premiers courts-métrages, "Chant funèbre" (2007) fut primé à l'international, notamment au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO, Burkina Faso). En 2009, son premier long métrage "Pégase" (2009) le hisse parmi les grands espoirs du cinéma marocain après avoir remporté plusieurs récompenses dans divers festivals cinématographiques, dont le Grand prix du Festival de Tanger (2010) et L'Etalon d'or du FESPACO (2011). Mohamed Mouftakir aux côtés de deux acteurs principaux du film, Younes Megri et Ilyas El Jihanin au FIFM

Lundi 15 Juin 2015

Lu 1287 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs