Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’opposition se prépare à une rentrée parlementaire mouvementée

Le projet de calendrier électoral ne prévoit pas le collège du patronat !




L’opposition se prépare à une rentrée parlementaire mouvementée
Députés et conseillers font leur rentrée. Une nouvelle année législative est inaugurée ce vendredi 10 octobre par le Souverain. La session d’automne s’annonce déjà mouvementée. Sous la Coupole, les groupes parlementaires formant le bloc de l’opposition sont déjà sur les starting block. Cette session ne se fera pas sans l’empreinte des partis de l’opposition. Dès samedi 11 octobre, exactement 24 heures après l’ouverture du Parlement, les leaders de l’USFP, de l’Istiqlal, du PAM et de l’UC tiendront réunion. Un séminaire de l’opposition pour que soient coordonnées les actions sur le front parlementaire et en particulier législatif. Des lois organiques déterminantes sont attendues. Pas pressé, le gouvernement Benkirane semble dépassé par les événements. Dans les grands couloirs du Parlement, on ne se fait pas d’illusions. Les deux prochaines années seront purement et simplement électorales. Et la campagne a déjà commencé pour les islamistes au pouvoir. Et si Abdelilah Benkirane réunit lui aussi ses troupes ce samedi à Rabat,  la cohésion sera-t-elle  au rendez-vous ? La chronique politique bruisse d’informations selon lesquelles les partis de la majorité vivent des divergences importantes. Au cœur des désaccords des formations politiques formant la coalition gouvernementale, les priorités de la rentrée parlementaire et politique.
Une année électorale signifie-t-elle une année législative blanche et sèche ? Pour ce fin connaisseur des arcanes politiques, si les grandes réformes ne sont pas menées au cours des deux premières années de mandat d’un gouvernement, elles ne verront certainement pas le jour au cours de l’actuelle législature.  « Au Maroc comme ailleurs, l’histoire politique en témoigne. C’est en début de mandat que l’on fait passer ses réformes», explique notre interlocuteur.
 
Des élections sans le patronat ?
Le rendez-vous électoral divise déjà opposition et majorité. Plus grave encore, au sein même de la majorité, les dissonances se font déjà entendre. Faut-il en tenir rigueur à Mohamed Hassad, le ministre de l’Intérieur –qui ne va pas tarder à se transformer en punching ball de la majorité gouvernementale- ou à Abdelilah Benkirane qui n’assume pas son rôle de chef de gouvernement et donc de chef d’orchestre ? Dans la perspective électorale, l’arsenal législatif accuse un retard inquiétant. Des questions n’en finissent pas de se poser. Où est le texte sur les Chambres professionnelles devenues désormais un seul et unique collège électoral ?  Qu’en est-il des régions et du nouveau (ou pas) découpage ? « Pour l’heure, il n’y a aucune réponse à ces interrogations. L’Exécutif est visiblement aux abonnés absents », répond ce député de l’Union socialiste des forces populaires.
Un Exécutif qui, à travers le ministre de l’Intérieur,  a bien envoyé un agenda relatif aux différents scrutins programmés tout au long des prochains mois. Un calendrier électoral selon lequel l’élection des délégués du personnel aura lieu en mai 2015. Au mois de juin, ce sont les élections communales et régionales qui seront organisées. Les Chambres professionnelles seront, elles, élues en juillet. Le mois d’août sera consacré à l’élection des conseils provinciaux et préfectoraux. Enfin la boucle sera bouclée en septembre avec le scrutin consacré à la Chambre des conseillers. Problème, le collège du patronat et ses 8 sièges –une disposition de la nouvelle Constitution- n’est pas au programme. Un oubli du ministère de l’Intérieur ? Une décision politique visant à exclure le patronat ? « Les deux hypothèses sont suffisamment graves en elles-mêmes  et démontrent l’amateurisme du gouvernement Benkirane», répond ce ténor de l’Istiqlal. Les débats s’annoncent d’ores et déjà  houleux. 

Narjis Rerhaye
Vendredi 10 Octobre 2014

Lu 1076 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs