Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’opposant Boris Nemtsov assassiné près du Kremlin


Poutine s’engage à châtier les auteurs



L’opposant Boris Nemtsov  assassiné près du Kremlin

Une marche était programmée dimanche dans le centre de Moscou en hommage à Boris Nemtsov, l'opposant et ancien vice-Premier ministre russe assassiné près du Kremlin dans la nuit de vendredi à samedi, tandis que l'enquête se poursuit pour retrouver les auteurs du meurtre.
Le président Vladimir Poutine s'est engagé samedi à tout faire pour châtier les assassins de Nemtsov, dont le meurtre a choqué les dirigeants occidentaux et l'opposition en Russie, les alliés du Kremlin dénonçant une "provocation" visant à "déstabiliser le pays". Les autorités ont annoncé étudier toutes les pistes: le crime politique comme la piste islamiste ou d'ultra-nationalistes d'extrême droite. L'opposant de 55 ans a été tué la veille peu avant minuit alors qu'il se promenait à pied avec une jeune femme venue d'Ukraine et présentée comme sa compagne.
Quelques heures avant d'être assassiné, Nemtsov, intervenant sur les ondes de la radio Echo de Moscou, avait appelé les Russes à manifester dimanche dans la capitale contre ce qu'il avait appelé "l'agression de Vladimir Poutine" en Ukraine. Cette manifestation a été annulée pour se transformer en marche à la mémoire de l'opposant.
Selon le Comité d'enquête de Moscou s'appuyant sur les premiers éléments disponibles, le meurtre de Boris Nemtsov, ancien vice-Premier ministre du président Boris Eltsine devenu un opposant radical à Vladimir Poutine, a été "minutieusement planifié".
Des images diffusées samedi soir sur la chaîne russe TVC et prises par une caméra de vidéosurveillance située à une grande distance du pont en hauteur montrent ce qui est présenté comme le déroulement de l'assassinat, malgré la piètre qualité des prises de vue.
Au moment du meurtre, Nemtsov et sa compagne se trouvent toutefois cachés par un engin de déneigement, dans l'angle de la caméra. On peut ensuite apercevoir un individu, présenté comme étant l'assassin, courir vers la chaussée avant de monter dans une voiture de couleur claire qui l'attendait et de quitter les lieux.
Les dirigeants occidentaux, dont le président américain Barack Obama, n'ont pas tardé à condamner samedi "le meurtre brutal" de l'opposant et à appeler à une enquête efficace. 
Le président français François Hollande a dénoncé "un odieux assassinat". La chancelière allemande Angela Merkel a appelé M. Poutine à faire la lumière sur ce "meurtre lâche".
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré "choqué" et a condamné l'assassinat, selon son porte-parole.
Boris Nemtsov avait envisagé de demander l'asile politique en Lituanie en 2012, craignant des persécutions de la part du Kremlin, a déclaré samedi à l'AFP Andrius Kubilius, qui était à l'époque Premier ministre de cet Etat balte.
 

AFP
Lundi 2 Mars 2015

Lu 512 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs