Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"L'oiseau-terreur" n'était qu'un gros herbivore




"L'oiseau-terreur" n'était qu'un gros herbivore
Un oiseau préhistorique géant considéré pendant longtemps comme l'un des plus terribles prédateurs de son époque n'était probablement qu'un paisible herbivore, ont annoncé jeudi des chercheurs allemands.
Depuis la découverte d'un fossile au XIXe siècle, les paléontologues se perdent en conjectures sur la nature du Gastornis, un oiseau incapable de voler mais pouvant atteindre deux mètres de haut, qui vivait voici 55 millions d'années, bien après la disparition des dinosaures.
Ils avaient peut-être oublié un peu vite que Gastornis signifie littéralement "l'oiseau de Gaston" (en référence à Gaston Planté, savant français qui fut le premier à en découvrir un fossile et à qui on doit aussi la batterie au plomb) et qu'avec un nom pareil, le volatile ne pouvait pas être si terrible, même affublé d'un gros bec de perroquet. L'oiseau-terreur passait donc comme le prédateur terrestre numéro 1", poursuit le chercheur, qui a examiné l'oiseau sous un nouveau jour. L'analyse chimique d'un squelette de Gastornis, découvert dans une mine à ciel ouvert dans l'est de l'Allemagne, en brosse un tout autre portrait, assurent M. Tütken et ses collègues.
Le calcium contenu dans ses os indique en effet que le Gastornis était végétarien, ont-ils annoncé lors de la conférence internationale de géochimie Goldschmidt, organisée cette année à Florence, en Italie. Plus on descend dans la chaîne alimentaire, plus les isotopes (variantes atomiques) de calcium contenus dans les os d'un animal deviennent "légers", comme l'ont confirmé des tests pratiqués au préalable sur des dinosaures (carnivores et herbivores) et des mammifères actuels. Chez le Gastornis, le calcium est similaire à celui des mammifères et dinosaures herbivores, mais en aucun cas à celui des prédateurs carnivores tels le tyrannosaure. De précédentes études ont déjà semé le doute sur le régime alimentaire du Gastornis. Des paléontologues ont récemment découvert des traces de pattes d'un de ses cousins américains et observé qu'il était dépourvu des griffes acérées typiques des oiseaux chasseurs.
En outre, sa grande taille et sa relative lenteur l'auraient probablement empêché de capturer de petits mammifères agiles, argumentent certains spécialistes.

Libé
Lundi 9 Septembre 2013

Lu 214 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs