Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’offshoring contribue à hauteur de 2% dans le PIB

Salon international des centres de contacts et d’appels au Maroc




L’offshoring contribue à hauteur de 2% dans le PIB
Le secteur de l’offshoring contribue annuellement à hauteur de 2% dans le produit intérieur brut (PIB) du Maroc, a affirmé le directeur général de Medz sourcing, filiale du groupe de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), Abderrafie Hanouf. 
S’exprimant vendredi à Fès lors de l’ouverture de la 11ème édition du Salon international des centres de contacts et d’appels au Maroc (SICCAM) , initiée les 16 et 17 mai à Fès sur le thème «Relation clients: construire de nouveaux partenariats Nord-Sud», M. Hanouf a ajouté que le secteur génère également quelque 60.000 postes d’emplois, procure des ressources fiscales importantes à l’Etat et contribue à l’employabilité des jeunes dans d’autres pays étrangers et au renforcement de la notoriété du Maroc.
Il a aussi mis l’accent sur les perspectives «prometteuses du secteur de l’offshoring au niveau de la capitale spirituelle, rappelant les atouts dont dispose la ville, notamment ses universités, ses ressources humaines compétentes et son coût de vie complétif».
Le phénomène de l’externalisation des services est une tendance mondiale, lourde et irréversible, a-t-il fait savoir, notant que le secteur est tributaire des formations qualifiées, de la compétitivité économique du pays et des compétences des professionnels.
Citant des statistiques officielles, M. Hanouf a fait savoir que le secteur de l’offshoring est capable de doubler de taille et de chiffre d’affaires d’ici 2020. 
De son côté, le président de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdallah (USMBA) de Fès, Omar Assobhi, a souligné que le secteur de l’offshoring est une activité économique créatrice d’emploi et se caractérise par une volatilité et une forte concurrence mondiale, tout en mettant en avant les atouts décisifs dans l’attractivité des investissements au niveau national particulièrement les mesures d’encouragement accordées aux entreprises et la qualification des ressources humaines.
Il a également fait état du potentiel de l’USMBA en matière de formation et de ressources humaines, précisant que l’université dispose de plus 192 filières de formation et compte 85.000 étudiants répartis sur 13 établissements.
L’USMBA forme annuellement quelque 530 ingénieurs, 283 médecins, 100 doctorants et 500 diplômés du master, a fait savoir M.Assobhi.
Le SICCAM vise à faire le point sur l’évolution du secteur au Maroc et mettre en exergue les potentialités de Fès et Meknès dans le domaine de l’offshoring pour créer un véritable pôle de la relation clients.
Le programme de cette édition comporte aussi des conférences, dont «La fiscalité de l’offshoring, gestion et opportunité», «Financement des PME» et «Relations sociales en centres d’appels». 

Mardi 20 Mai 2014

Lu 217 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs