Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’offensive de l’armée syrienne sur Homs se poursuit sans répit

Les insurgés s’emparent d’un poste gouvernemental à Deraa, point de départ de la rébellion




L’offensive de l’armée syrienne sur Homs se poursuit sans répit
Les forces de Bachar Al-Assad ont lancé samedi un assaut contre les quartiers contrôlés par les rebelles à Homs, ville clé du centre de la Syrie entre Damas et la côte méditerranéenne, et l'un des principaux foyers de l'insurrection. Selon des opposants, l'aviation et l'artillerie gouvernementales sont entrées en action et des soldats ont attaqué le quartier de Khalidiyah où, selon la télévision d'Etat, ils effectuent de "grands progrès". Avant de lancer cet assaut sur la ville de Homs elle-même, l'armée régulière, appuyée par les combattants du Hezbollah libanais, n'a cessé de grignoter du terrain dans cette province en reprenant des villes et des villages proches de la frontière avec le Liban. Ces victoires ont permis à Bachar Al-Assad de consolider son emprise sur l'axe reliant Damas à la côte méditerranéenne, bastion de sa communauté alaouite. Aucun bilan de ces combats n'a été fourni pour l'instant.
Les gains de l'armée gouvernementale ces dernières semaines ont inquiété les pays qui ont apporté leur soutien aux rebelles. Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils allaient accroître leur aide militaire aux insurgés et l'Arabie Saoudite a accéléré ses livraisons d'armes à l'opposition syrienne.
Malgré leurs revers des dernières semaines, les insurgés ont remporté une victoire symbolique vendredi en prenant le contrôle d'un important poste gouvernemental à Deraa, ville du Sud d'où est partie la rébellion il y a plus de deux ans. Le conflit qui dure depuis mars 2011 et a fait 93.000 morts selon l'Onu, plus de 100.000 selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG proche de l'opposition, a ravivé les tensions entre musulmans sunnites et chiites dans tout le Proche-Orient.
Les pays du Golfe, la Turquie et l'Egypte soutiennent les rebelles, tandis que l'Iran et le Hezbollah libanais, chiites, appuient le régime de Bachar Al-Assad.
Les tentatives d'organiser une conférence internationale de paix à Genève n'ont pour l'instant pas abouti, les rebelles exigeant comme préalable un accord sur le départ d'Assad du pouvoir.

Reuters
Lundi 1 Juillet 2013

Lu 145 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs