Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’océan au cœur du Forum de la mer

La quatrième édition se déroule entre deux événements majeurs : la COP21 et la COP22




La quatrième édition du Forum de la mer d’El Jadida a ouvert ses portes mercredi 4 courant, en présence de nombreuses personnalités dont des autorités nationales et locales, des responsables universitaires, des experts nationaux et internationaux ainsi que de plusieurs étudiants des filières en lien avec les sujets qui seront abordés lors de ce rendez-vous.
De prestigieux invités représentant divers domaines en rapport avec les océans prennent part à ce rendez-vous qui se tient jusqu’à dimanche 8 dans plusieurs sites de la ville d’El Jadida; aux côtés des personnalités ayant participé aux dialogues de la COP21 et des membres du comité de pilotage de la COP22 prévue du 7 au 18 novembre prochain à Marrakech.
«Le climat change. Et la mer ?» est le thème de cette édition qui comprend dix conférences, ateliers et séances plénières animés par des experts venus du Maroc et d’ailleurs ainsi que des activités culturelles et artistiques. Des activités qui visent à contribuer aux échanges sur les changements climatiques, les océans et les littoraux.
C’est Mehdi Alaoui Mdaghri qui s’est exprimé le premier face à une assemblée cosmopolite attentive. Le fondateur du Forum de la mer a rappelé les enjeux de cette rencontre internationale pour le développement et la préservation des zones littorales qui fait figure de plateforme de réflexion et d’action légitime et incontournable. Il a également souligné la particularité de cette édition qui se déroule entre deux événements majeurs : la COP21 et la COP22, avant d’appeler à placer les océans au cœur des débats sur les changements climatiques.
S’exprimant au nom du ministre du Tourisme, Nada Roudies a pris la parole par la suite pour saluer l’implication de la société civile dans le combat contre le réchauffement climatique, la fragilité de la mer dont le lien avec le tourisme est avéré. Avant d’énumérer les projets initiés par le département du tourisme, soulignant que le challenge est d’avoir un développement durable. Elle a indiqué que «les choses sont en train de se mettre en place en matière de règlementation sur l’environnement» .
Rupert Joy, chef de la délégation de l’Union européenne au Maroc, a mis pour sa part l’accent sur le rôle que jouent les mers sur la régulation du climat, estimant toutefois que l’essentiel de sa contribution reste invisible. Quoi qu’il en soit, l’intervenant a assuré que «la vision du Maroc et de l’UE converge sur tous les problèmes» liés à l’environnement.
Michael Millward, représentant résident de l’Unesco au Maroc, a quant à lui, fait observer que «la mer change mais pas dans le bon sens», rappelant qu’elle est un fournisseur d’oxygène tout aussi important que nos forêts». Ce dernier a, par ailleurs, estimé que «nous avons besoin encore de faire des recherches pour comprendre vraiment le rôle des océans dans le climat, les ressources actuelles n’étant pas en mesure de fournir des solutions».
De son côté, l’ambassadeur de France au Maroc a rappelé que le thème de l’océan n’avait jamais été débattu jusqu’à la COP 21, alors qu’elle joue un rôle vital dans la régulation du climat, fournit leur substance à des milliards d’habitants, entre autres. Le diplomate a estimé, par ailleurs, que «la mer mérite toute notre attention» et qu’il est important de «donner aux océans toute leur place dans les négociations avenir». Il est à souligner que cette édition met à l’honneur la France.
Le gouverneur de la province d’El Jadida, Mouâad Jamai, a présenté quelques-uns des projets en cours dans région prenant en compte les préoccupations environnementales, citant par exemple celui visant la réalisation de 54 écoles vertes dans des villes.
Le président de l’Université  Chouaib d’El Jadida a, pour sa part, insisté sur la place des sujets en lien avec le climat dans la formation de ses étudiants, citant quelques filières très proches de préoccupations environnementales. Et d’ajouter que plusieurs travaux de l’université dans le domaine de l’environnement donnent lieu à des publications à l’international.
«L’océan est différent d’une forêt ; on ne peut pas le détruire mais on peut le souiller, détruire le littoral», a fait constater Gilles Bœuf, conseiller scientifique pour les sciences de la vie et de la nature, du climat, de l’océan auprès de Ségolène Royal. L’ancien président du Museum d’histoire naturelle de Paris a indiqué que l’océan était 30% plus acide il y a deux siècles et demi.  
Notons que les ateliers et conférences se déroulent dans un palace de la place; les activités culturelles au Théâtre Afifi d’El Jadida; l’exposition photos «Le climat change. Et moi ?» à l’Institut français d’El Jadida. L’Archipel des enfants, qui regroupe des activités sportives, artistiques et ludiques pour cette frange, a lieu au port, à la plage et au Parc Mohammed V.

Alain Bouithy
Vendredi 6 Mai 2016

Lu 882 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs