Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'obscure clarté de la moitié de la Lune enfin décryptée




Les montagnes qui hérissent la "face cachée" de la Lune, très différente du visage qu'elle montre aux observateurs terriens, pourraient avoir été formées par l'impact d'une autre lune, plus petite, révèle une étude publiée mercredi dans la revue Nature. En effet, la face visible de la Lune possède un relief relativement lisse et plat. Mais son revers est modelé par des cratères et de vastes chaînes montagneuses culminant à plus de 3.000 mètres. De plus, la croûte de la surface de la Lune est bien plus épaisse de ce côté caché. Une asymétrie lunaire qui demeure un véritable mystère pour les scientifiques qui ont proposé nombre de théories pour tenter de l'expliquer. Une des hypothèses lie cette irrégularité à l'influence thermique de marées sur la croûte lunaire alors qu'une autre l'attribue à un bombardement massif d'astéroïdes et de comètes.
Dans une étude publiée par la revue Nature, deux astronomes de l'Université de Californie à Santa Cruz, Martin Jutzi et Erik Asphaug, sont ainsi remontés aux origines de la Lune, voici plus de quatre milliards d'années, pour comprendre la double facette de l'unique satellite naturel de la Terre. Ils ont alors émis une hypothèse encore inédite : le relief perturbé de la Lune serait dû à une collision avec une "petite Lune".
L'une des théories principales explique que la formation de la Lune découlerait d'un gigantesque impact entre la Terre et un corps céleste de la taille de la planète Mars, baptisé Théia, qui se serait produit 42 millions d'années après la naissance du système solaire. Lors de cette collision, de la matière terrestre se serait alors arrachée pour ensuite s'agglomérer et former la Lune. Cette théorie nommée "hypothèse de l'impact géant", est la plus argumentée et la plus communément admise pour expliquer la formation du satellite de la Terre, explique l'AFP.
Mais, selon les scientifiques publiés dans Nature, il est possible que les débris prélevés à la Terre par Théia aient également créé d'autres amas que ceux ayant abouti à la Lune. Ces corps célestes, plus petits que le nouveau satellite, auraient alors pu être conservés, à condition de se trouver en un point bien précis de l'espace où la gravité de la Terre et celle de la Lune s'équilibrent. Les auteurs de l'étude ont ainsi calculé qu'au moins l'une de ces mini-lunes, d'un diamètre trois fois inférieur à notre Lune, aurait pu se maintenir en orbite entre les deux corps célestes durant des dizaines de millions d'années.

Maxisciences
Lundi 8 Août 2011

Lu 238 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs