Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’intolérance au gluten, un calvaire au quotidien

1ère Journée nationale organisée par l’AMIAG




L’intolérance au gluten, un calvaire au quotidien
«Un calvaire au quotidien, voilà ce qu’est devenue ma vie depuis que j’ai appris que mon enfant  est atteint de la maladie coeliaque ». C’est un cri de détresse que lance cette maman et dont l’écho  se fait entendre chez toutes les personnes  atteintes de cette maladie plus connue sous le nom d’intolérance au gluten. Et pour cause : grignoter un biscuit ou même une croûte de pain, un geste anodin certes, pourrait être lourd en conséquences. Ils sont 1%, soit 350.000 à travers le Maroc, à vivre le même handicap. Et c’est pour mieux les accompagner que l’Association marocaine des intolérants et allergiques au Gluten,  célèbre la Journée mondiale de la maladie cœliaque et organise la 1ère Journée nationale de la maladie cœliaque le 18 mai 2013, à la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud.
Cette journée sera l’occasion de sensibiliser à la prévalence majoritairement ignorée de la maladie vu que près de 9 malades sur 10 ignorent leur état faute de diagnostic exact. Cette pathologie qui se caractérise par une destruction inflammatoire de l’intestin grêle peut se manifester à tout âge, de l’enfant à l’adulte. Environ 10 % des patients qui souffrent de cette intolérance ont un lien de  parenté, avec d’autres personnes ayant la même maladie. Chez le jeune enfant, on observe peu de temps après l’introduction du gluten dans son alimentation, des diarrhées, des vomissements, un état grincheux, une perte de poids, etc. Chez l’adulte, la malabsorption peut entraîner des carences spécifiques importantes (fer, vitamines, sels…). Parmi les autres troubles, on peut citer la dépression nerveuse, les douleurs articulaires, les fausses couches et  la dermatite herpétiforme.
De plus en plus courants, les effets de cette intolérance peuvent être diminués en évitant les aliments qui contiennent du gluten. Le problème c’est que cette protéine est présente partout : pain, pâtisseries, gâteaux, biscuits, mais aussi chocolat, glaces, bonbons, conserves de toutes sortes et produits laitiers en général, à cause des éléments conservateurs qui entrent dans leur composition. Ce qui limite largement le choix des malades qui se rabattent sur les fruits, les  légumes et les viandes. Pour le reste des produits, ils ne sont pas à la portée des bourses. C’est ce qui fait dire à Amina en ironisant : « C’est une maladie pour riches ».  Et d’expliquer : « Rien qu’un  kilogramme de farine sans gluten coûte 180 DHS. Un prix élevé dû au fait que c’est un produit importé, donc assujetti à des droits de douane. Du coup, tous les aliments deviennent un vrai luxe ». Quant à Mohsine, lui aussi allergique au gluten, il s’approvisionne directement de France : « De par mon travail, je me déplace beaucoup en France. J’arrive, chaque fois, chargé comme un mulet » nous a-t-il confié.
Dans ce cadre, l’AMIAG appelle les autorités publiques concernées à prendre conscience des difficultés vécues au quotidien par ces malades en réduisant les taxes de douane sur les produits sans gluten. Elle milite également pour que la maladie coeliaque soit considérée comme une pathologie chronique, afin qu’elle soit prise en charge par l’AMO.

A propos du gluten
Le gluten est un ensemble de protéines présent dans les graines des principales espèces de céréales à paille telles que le blé, l’orge, l’avoine, le seigle, le triticale, l’épeautre et le petit épeautre, entre autres. Composé majoritairement de gliadine et de glutamine, il constitue pour la graine la réserve de protéine qui lui permettra d’assurer sa croissance. C’est le gluten qui donne son élasticité à la pâte à pain et permet d’enfermer les bulles de gaz carboniques qui vont se dégager durant la levée de la pâte. Il va assurer grâce à ses propriétés viscoélastiques la texture en bouche et rendre le produit masticable et non friable. C’est dire l’intérêt de cette protéine dans la fabrication du pain, des biscuits, et tous les produits cuits à base de farine. Le responsable de l’intolérance au gluten c’est la gliadine, l’une des deux fractions protéiques principales du gluten.

Nezha Mounir
Jeudi 16 Mai 2013

Lu 1000 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs