Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’intégrité du territoire national à la tête des priorités du parti


Nécessité d’opérationnaliser l’indépendance de la Justice et le respect des droits de l’Homme et des libertés



L’intégrité du territoire national  à la tête des priorités du parti
Le Bureau politique a tenu, mardi, sa réunion hebdomadaire sous la présidence du Premier secrétaire, Driss Lachgar. L’ordre du jour comprenait la présentation des premiers résultats des groupes de travail politique et organisationnel, ainsi que les derniers développements qui ont marqué la scène nationale et en particulier ce qui se rapporte à l’action législative et les questions syndicale et sociale.
Lors de son exposé, le Premier secrétaire a fait part aux membres du BP de la participation de la délégation de l’USFP à la réunion de l’Internationale Socialiste qui s’est tenue récemment à Lisbonne. Tout en mettant en exergue le rôle essentiel joué par la délégation ittihadie dans la prise et l’adoption des décisions concernant notre intégrité territoriale, M.Lachgar a insisté sur l’importance que doit accorder le parti aux relations étrangères tant au niveau de l’IS qu’à celui du Parlement européen, ainsi que sur les fronts arabe, africain, asiatique et latino-américain.
Driss Lachgar a exposé également la problématique concernant les cadres juridique et institutionnel de la région et sa relation avec le dossier de l’intégrité territoriale, invitant le groupe de l’action politique de faire de ce dossier l’une de ses priorités, en présentant une étude globale dans un sens qui engloberait tous les aspects de cette question.
Pour ce qui est de la situation politique, le Premier secrétaire a insisté sur le problème de l’indépendance de la justice à la lumière de ce qui se passe actuellement dans notre pays, et notamment les positions de ministre de la Justice  et la régression ayant affecté les acquis cumulés par le peuple marocain sur les plans des droits de l’Homme et des libertés.
Par ailleurs, le groupe de l’action politique a exposé les grandes lignes de son programme, en ce qui concerne ses réunions sectorielles, régionales et provinciales, ses rencontres avec les différents partenaires politiques et syndicaux, ainsi qu’avec les organisations de la société civile et les institutions spécialisées parallèles au parti, en vue d’élaborer des concepts et des programmes communs en partant des recommandations et résolutions du 9ème Congrès national de l’USFP.
Il a été aussi proposé l’organisation d’un Forum national sur les développements de la question de l’intégrité territoriale pour suivre l’évolution de ce dossier et approfondir le débat autour des changements au niveau régional et international et ce, dans la perspective d’une gestion participative nationale de ce défi soumis à notre pays.
Le groupe de l’action organisationnelle a présenté, par la suite, une feuille de route préalable se rapportant à la répartition des fonctions au sein du Bureau politique, à la restructuration de la Commission administrative, au renouvellement des structures au niveau des sections, des provinces, des régions et des secteurs parallèles. Après une  discussion approfondie de la part des membres du Bureau politique et l’identification des priorités des programmes d’action présentés, il a été procédé à l’examen d’autres questions de grande importance notamment l’indépendance de la justice.  Dans ce sens, le BP a exprimé son inquiétude quant à la lenteur  marquant l’opérationnalisation de ce principe  constitutionnel, et ce à travers  la prolongation du dialogue national sur la réforme de la justice.    Ce qui se traduit  pratiquement par  la poursuite  de la prééminence de la mainmise du ministre de la Justice sur le corps judiciaire.
Le Bureau politique s’est par la suite interrogé sur l’utilité et l’issue de continuer  à participer à ce dialogue, ce qui pourrait conduire à la révision de la position du parti à ce propos, et ce après une coordination avec les autres acteurs politiques et des droits humains.  
Le BP a,  dans ce même cadre,  dénoncé  les campagnes de répression, sans précédent, qui s’abattent sur les manifestations politiques, syndicales et culturelles. Ce qui constitue une régression grave des acquis du peuple en matière des droits de l’Homme et des valeurs de liberté et de modernité comme cela a été le cas lors des marches auxquelles ont appelé Tawada et le Mouvement amazigh et qui ont été réprimées avec une violence inouïe.
Le BP a considéré l’offensive acharnée dirigée contre le Syndicat démocratique de la justice comme un nouvel exemple flagrant de cette régression rétrograde et conservatrice qui tire notre pays des siècles en arrière. Il a par la suite exprimé son entière solidarité  concernant les justes revendications de ce syndicat ainsi que les diverses revendications sociales et syndicales légitimes.

Libé
Jeudi 7 Février 2013

Lu 284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs