Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’insoutenable légèreté des footeux




Cela ne fait que commencer. Mais les réactions précipitées et tout aussi stupides n’attendent pas le nombre des années dans ce football marocain qui se veut pourtant professionnel pour bientôt. C’est donc parti pour une nouvelle valse des entraîneurs des clubs de football.  Deux journées de compétition ont suffi pour voir deux coaches plier bagages : l’un de son plein gré, M’hamed Fakhir qui fait faux-bond au Moghreb de Fès et l’autre a été  tout bonnement limogé par les dirigeants de l’autre Moghreb, celui de Tétouan, Abderrahim Taleb. Une liste qui risque fort bien de s’allonger par d’autres noms de techniciens attendus au tournant au moindre faux-pas.  
Décidément à l’heure où certains néo-fédéraux parlent de professionnalisme à la sauce marocaine dès la saison prochaine, les principaux protagonistes sont là pour nous rappeler qu’entre un vœu pieux et la réalité, c’est tout un monde.
Il est vrai que les cas de Fakhir et de Taleb diffèrent sur la forme, ils convergent bien dans le même sens ; celui de l’inconstance de la gente footballistique nationale. Un coach qui décide de claquer la porte, après une seule et petite journée de championnat, ne semblant avoir découvert un état des lieux qu’il aurait jugé « calamiteux », qu’après coup. Vite fait bien fait, le MAS s’en remet à Abdelhadi Skitioui. Un cadre qui s’est accordé tout le temps nécessaire pour reprendre du service et surtout pour fignoler son contrat afin d’être à l’abri des sautes d’humeur des dirigeants.
Pour ce qui est d’Abderrahim Taleb, après avoir passé une année aux commandes du MAT, il s’est vu éjecté à l’orée de la deuxième saison. Il faut dire que ce limogeage avait été pressenti depuis quelque temps, même si Taleb faisait apparemment semblant de ne rien voir venir. L’on ne peut que comprendre l’attitude du coach, mais non pas celle du bureau dirigeant du MAT qui a recruté à temps et à coups de millions des joueurs, et comme par hasard ne seront opérationnels qu’une fois le nouvel entraîneur sur place. Le Franco-roumain Ivica Todorov qui avait coaché, par le passé, plusieurs clubs marocains, semble une fois encore flairé le bon coup.
Le fait de changer d’entraîneur n’a jamais été la solution appropriée dans la plupart des cas. Mais faute de pouvoir de remettre en question à plus d’un niveau, pourquoi alors  se casser la tête, tant qu’il y a un fusible, l’entraîneur,  qui peut sauter à tout moment sans trop de  dégât. Sauf que c’est tout un football qui s’en ressent.

Mohamed Bouarab
Jeudi 17 Septembre 2009

Lu 507 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs