Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’insoutenable calvaire de Adel Outnil

Son état de santé empire dans l’indifférence gouvernementale




Il est certes vrai qu’il n’est sourd que celui qui ne veut pas entendre. Cela fait quarante jours, jour pour jour, que le citoyen Adel Outnil observe une grève de la faim, devant le siège de la région de Fès-Meknès. Une situation devenue alarmante et alerte les responsables qui jouent jusqu’à aujourd’hui aux sourds muets. Savoir pourquoi un citoyen en situation de handicap observe une grève de la faim, pendant quarante jours, est, selon de nombreux observateurs à Fès, un fait inadmissible, et dénote d’une mentalité rétrograde.
L’état de santé de celui qui a soutenu, il y a juste quelques mois, son doctorat en littérature arabe,  est en détérioration avancée. Au cours des derniers jours, il a été évacué, à maintes reprises, à l’hôpital Ghassani. Un comité de soutien a été constitué pour alerter les responsables et faire en sorte de préserver la vie de ce jeune handicapé. En vain. Aucune instance responsable ne veut entendre ce comité, du moins mettre fin à ce calvaire une fois pour toutes. Que de tergiversations administratives du genre «sir hatta tji»!
A 39 ans, celui qui est né avec un handicap chronique et à deux ans était déjà orphelin de mère, risque sa vie pour deux principales doléances. La première concerne le logement, car sa maison, située au quartier Lido, va dans quelques semaines être démolie. Il n’est pas non plus enregistré sur les listes de personnes à indemniser et reloger. La seconde requête consiste à lui trouver un emploi qui lui permettra de vivre dignement.
Son cas a suscité une grande sympathie. Une caravane de solidairté lui avait rendu visite dimanche dernier, composée de nombre d’acteurs venus de toutes les villes du Maroc.
Ce n’est pas la première fois, car Outnil est l’exemple du sacrifice et du défi. L’amphithéâtre qui allait abriter sa soutenance était archicombre, comme jamais auparavant. C’est sa bataille pour la dignité, comme il aime à le répéter. Originaire de Tiznit, Outnil n’a ni parents, ni famille pour le prendre en charge. Seul un emploi le rétablira dans sa dignité et sa citoyenneté pleine et entière.

Nouri Zyad
Vendredi 1 Juillet 2016

Lu 1231 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs