Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'inquiétude face à la propagation du virus Ebola grandit dans le monde

Quelque 670 personnes tuées sur les 1200 touchées par l’épidémie depuis le début de l’année




L'inquiétude face à la propagation du virus Ebola grandit dans le monde
L'inquiétude face à l'épidémie d'Ebola qui se propage en Afrique de l'Ouest a commencé à gagner le reste du monde, les autorités britanniques s'alarmant mercredi de cette "menace" tandis que Hong Kong annonçait de possibles mesures de quarantaine. L'organisation Médecins sans frontières a averti que le virus, qui a fait plus de 670 morts en Afrique de l'Ouest depuis le début de l'année, était "hors de contrôle" et qu'il y avait un "réel risque de voir de nouveaux pays touchés". La maladie frappe la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone, et a fait un mort au Nigeria, un passager arrivé à Lagos par avion de Monrovia via Lomé, ce qui a conduit deux compagnies aériennes africaines, Arik et ASKY, à interrompre leurs liaisons avec le Liberia et la Sierra Leone.
Au Liberia, où le virus à tué 129 personnes sur 249 cas, la présidente Ellen Sirleaf Johnson a annoncé la fermeture de toutes les écoles "sans exception" pour tenter d'enrayer l'épidémie. Elle a également indiqué que son pays allait débloquer cinq millions de dollars (plus de 3,7 millions d'euros) comme "première contribution" dans la lutte régionale contre Ebola. La situation a conduit l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à consulter l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au cours d'une téléconférence mardi, sans donner lieu toutefois à la prise de mesures immédiates.
A Londres, une réunion interministérielle de crise a été convoquée à propos de cette épidémie que le Premier ministre (David Cameron) considère comme une menace très sérieuse. Le virus Ebola se manifeste notamment par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées. Son taux de mortalité peut aller de 25 à 90% et il n'existe pas de vaccin homologué. Il se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés.
Soignants et médecins sont en première ligne dans la bataille contre l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui frappe l'Afrique de l'Ouest et qui a déjà contaminé plusieurs d'entre eux. Le responsable médical du centre de traitement contre la fièvre Ebola à Kenema à l’est de la Sierra Leone, une des régions les plus affectées du pays, est mort mardi après avoir attrapé le virus, a-t-on appris auprès chef des services de santé sierra-léonais. Un médecin américain Kent Brantly, qui a contracté le virus Ebola au Liberia où il soignait des patients touchés par cette fièvre hémorragique mortelle, est dans un état critique. En revanche, un médecin canadien revenu samedi du Liberia, où il a passé un mois à lutter contre l'épidémie d'Ebola, est actuellement en quarantaine mais ne souffre d'aucun symptôme, a indiqué l'ONG qui l'avait dépêché en Afrique.

AFP
Vendredi 1 Août 2014

Lu 420 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs