Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’inertie gouvernementale provoque l’ire des régions enclavées


La régionalisation avancée fait du surplace



L’inertie gouvernementale provoque l’ire des régions enclavées
Deux marches de protestation sur la capitale le même jour avec les mêmes revendications et le même ras-le-bol. Et comme par hasard, elles sont organisées par les populations de zones montagneuses où la marginalisation, l’enclavement et la misère battent leur plein avec de surcroît un hiver rigoureux. Il s’agit des régions de Khénifra, Midelt et Demnate. Ces deux marches forcent plusieurs interrogations. La première est relative à leur timing, la deuxième à leur nature et la troisième à leur objectif.
En ces temps où le gouvernement a choisi le populisme et le dialogue de sourds et  où la crise économique ne cesse de prendre de l’ampleur, il est normal de voir le front social se réchauffer au point de devenir parfois ingérable et d’ouvrir la voie à tous les dérapages possibles et imaginables, particulièrement lorsque le seul traitement  politique  proposé est d’ordre sécuritaire. Les deux marches s’inscrivent dans le cadre de ce réchauffement même si leur nature diffère foncièrement des grèves et autres sit-in organisés en milieu urbain.  La raison tient au fait que le mode revendicatif choisi par les habitants des zones montagneuses fait partie d’une tradition dont on retrouve trace même sous le Protectorat. Sa résurgence ne date pas d’aujourd’hui ; en témoigne l’histoire récente du Maroc. Ceci d’autant plus que  les habitants des régions enclavées ne trouvent généralement pas d’oreille attentive auprès des autorités et de quelques élus locaux.
Une situation somme toute normale au regard de l’organisation jacobine de l’Etat. Entre autres manifestations de celle-ci figurent la centralisation des décisions au niveau de la capitale et des moyens financiers détenus par des services et départements centraux. Il suffit pour s’en convaincre de voir ce que l’Etat distribue comme enveloppes budgétaires qui génèrent des richesses inestimables. Il suffit également de voir comment il gère le produit des richesses territoriales, particulièrement celles touchant au  patrimoine forestier, minier et autres.
Une situation qu’on espère transitoire puisque la nouvelle Constitution a érigé la régionalisation avancée comme solution à ses problèmes structurels. En attendant, le gouvernement Benkirane qui ne dispose d’aucune véritable stratégie de développement pour le monde rural en général et les zones montagneuses en particulier poursuit sa rengaine du tout va bien dans le meilleur des mondes. Mais certainement pas le monde rural !

Kamal Mountassir
Jeudi 31 Janvier 2013

Lu 1809 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs