Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’impasse politique s’installe en Egypte

Une trentaine de morts dans une attaque du siège de la garde républicaine




L’impasse politique s’installe en Egypte
Les Frères musulmans égyptiens ont appelé lundi à un «soulèvement» après des tirs de l’armée qui ont tué selon eux au moins 35 manifestants au Caire, et qui menacent les difficiles tractations en vue d’un gouvernement de transition.
Le Parti de la justice et de la liberté (PLJ), vitrine politique de la confrérie, a appelé dans une déclaration écrite au «soulèvement du grand peuple d’Egypte contre ceux qui sont en train d’essayer de lui voler sa révolution avec des chars».
Le PLJ a aussi pressé «la communauté internationale, les groupes internationaux et tous les hommes libres du monde d’intervenir pour empêcher d’autres massacres (... et) l’apparition d’une nouvelle Syrie dans le monde arabe».
Lundi à l’aube, la foule des partisans du président destitué Mohamed Morsi était en train de prier devant le site de la Garde républicaine quand des soldats et des policiers ont ouvert le feu, ont rapporté les Frères musulmans dans un communiqué, ajoutant que le bilan de 35 morts «allait probablement augmenter».
Des manifestants ont fait état de tirs à balles réelles et de grenades lacrymogènes, dans des circonstances qui restent confuses. «J’ai vu de mes propres yeux des gens sur lesquels on a tiré», a déclaré l’un d’eux.
D’autres témoins ont raconté que les forces de l’ordre avaient tiré en l’air pour disperser la foule, et que les tirs directs venaient «d’hommes de main» en civil. L’armée a expliqué de son côté que des «terroristes armés» avaient attaqué le siège de la Garde républicaine, provoquant la mort d’un officier et blessant plusieurs conscrits, dont six se trouvaient dans un état critique, selon un communiqué militaire cité par le journal gouvernemental al-Ahram.
Sur la place proche de Rabaa al-Aadawiya, où les manifestants touchés ont été évacués vers un centre de soins improvisés, un médecin, Oussama Ahmed, a confirmé neuf décès à un journaliste de l’AFP, qui a vu pour sa part des dizaines de blessés. Dénonçant un «massacre», le principal parti salafiste, al-Nour, a annoncé son retrait des discussions sur le choix d’un Premier ministre et d’un gouvernement de transition.
«Nous avons décidé de nous retirer immédiatement des négociations en réponse au massacre qui a eu lieu devant la Garde républicaine», a déclaré le porte-parole de ce parti, Nader Baqqar, sur Twitter.
Le parti al-Nour était un partenaire islamiste de la coalition majoritairement laïque qui soutient le renversement de M. Morsi, issu des Frères musulmans, déposé mercredi par l’armée.

AFP
Mardi 9 Juillet 2013

Lu 100 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs