Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’immigration massive, une menace terroriste pour la France ?




La  première  vague  d’immigration, à  ne pas confondre avec la première  vague migratoire  d’Algériens  en France,  est  le premier mouvement  migratoire  d’étrangers  vers  la France  contemporaine  qui débute  durant  la seconde  moitié  du  xixeme siècle  pendant  la révolution industrielle  française. Elle  est  la première des trois vagues d’immigrations, la deuxième suivant  la  Première  Guerre mondiale  et  la troisième  après la Seconde  Guerre  mondiale.
En 1851, le premier  recensement  d’étrangers présents  en France estime que 1% de la population  française  est  composée  d’étrangers sur  une population totale de 36 millions. La France  entrant  tardivement dans la révolution industrielle a  besoin de main-d’œuvre. En effet, comme la population française est encore très rurale et que le taux de fécondité est  bas en  général, les usines ont besoin de plus de main-d’œuvre que celle existante en  ville.
Arrivent donc en premier les Belges mais ils sont vite rattrapés par les Italiens, notamment Piémontais. Les premiers immigrants italiens sont des chanteurs de rue ou montreurs d’ours puis les suivants sont des ouvriers qui s’installèrent dans l’est de Paris. Mais les chapeliers et travailleurs de la mode s’installèrent dans le marais. Des ouvriers espagnols, allemands et suisses migrent aussi vers la France, participant au fort développement économique et au comblement démographique de la France. Les immigrés arrivent le plus souvent  en  région parisienne pour y rester ou aller vers d’autres grandes villes. Les immigrés arrivés à Paris s’intègrent bien car la moitié de la population  parisienne est constituée de « déracinés » de la campagne  et donc plus accueillante. Des  surnoms comme « peaux de beurre », ou «vermines» pour les Belges  sont utilisés mais le racisme s’estompe vite. A Marseille, les immigrants sont  néanmoins plus stigmatisés. En 1911, la population parisienne compte 200.000 étrangers, soit 7% de sa population et tous  les pays  d’Europe  y sont représentés.
Aujourd’hui, contrairement  à  ce  que l’on croit, l’Europe est tout  sauf  fermée. Chaque  année, l’Europe  reçoit 700.000 immigrants réguliers, au titre  de  l’immigration  de  travail, du regroupement familial  ou  du droit d’asile, ce qui cache une immigration  de misère, de vagabondage, de mendicité dans les lieux publics, à laquelle il faut ajouter de 400.000 à  500.000  clandestins sans papiers. Selon la Commission  européenne, ces  derniers  seraient  au  total  3 millions  à  vivre, se  déplacer, parfois travailler, dans l’Union  européenne.
La perspective  d’une immigration  massive de peuplement n’est pas sans poser des questions, parfois dérangeantes, auxquelles il n’est pas aisé de donner des réponses franches et convaincantes. Qu’on se représente l’Union comme une riche zone d’accueil où peuvent cohabiter des communautés aux valeurs différentes, même antagonistes, ou comme un espace doté  d’une personnalité culturelle  originale  forgée par l’Histoire, on  tire  des conclusions différentes. Dans le premier cas, le recours à des populations  plus  jeunes est la réponse au vieillissement  et  donc  à la survie  des  Français. Mais  à condition d’ouvrir totalement les frontières. Mais l’Europe peut-elle s’accommoder d’un modèle communautariste ? Dans le second, pour prévenir un choc des cultures sans précédent en temps de paix, il vaudrait mieux relancer une politique nataliste volontariste.
Rien n’est simple. Comment répondre aux besoins en main-d’œuvre  des entreprises ? Faut-il instaurer une politique de quota? L’Etat est-il le mieux placé pour évaluer les besoins? Et comment trier et convaincre ceux que l’on veut faire venir en France? L’Allemagne avait, en 1999, libéré 30.000 visas spéciaux pour attirer des informaticiens indiens : ce fut un échec. Partir à la chasse aux compétences, c’est aussi courir le risque de piller la matière grise du Sud et d’obérer les chances de son développement durable: chaque année, 3.000 infirmières quittent les Philippines pour les Etats-Unis. Accueillir convenablement des migrants, enfin, c’est fournir un effort de dépense publique nécessaire pour leur éducation et une intégration facile dans la société française, leur formation et leur santé. La France est-elle  prête à l’accepter ? L’Europe est-elle en passe d’atteindre son  «seuil de tolérance» comme de plus en plus de voix le suggèrent aux Pays-Bas, par exemple, le pays le plus dense du continent ?
Dans  chaque pays, ces questions  nourrissent un débat public  qui commence à s’exprimer, au-delà des clivages gauche-droite. Au Royaume-Uni, secoué par les émeutes raciales, un Noir,  pour la première fois dans  la  très  longue histoire de la démocratie britannique, a intégré le «cabinet», sorte d’Exécutif  restreint  regroupant les ministres  les plus  importants du gouvernement. Né à Londres, de parents d’origines ghanéenne et écossaise, Paul Boateng a été nommé numéro  deux  du ministère  du Trésor, chargé du budget, par le Premier ministre travailliste Tony Blair. Une promotion qui lui ouvre les portes du dernier cercle du pouvoir. Avocat de formation, Paul Boateng  a, un temps, appartenu  à  l’aile gauche  du Parti travailliste. En 1987, sa carrière politique débute par une victoire à la députation dans la circonscription populaire de Brent South, dans le nord-ouest de Londres. La Chambre des communes ne compte toujours que 12 députés noirs. Et il aura fallu attendre jusqu’en 1997 pour que l’un d’entre eux soit enfin nommé au gouvernement. «Ma couleur fait partie de ce que je suis, a déclaré Paul Boateng, mais je ne choisis pas de me définir en fonction de ma couleur. Je veux être jugé pour mon travail à ce poste».
Paul Boateng a présenté au Parlement un rapport qui préconise, entre autres, une augmentation des quotas de travailleurs immigrés.  Le Royaume-Uni, il est vrai, compte 1 million de clandestins. Sur le continent, l’Allemagne sociale-démocrate adopte des mesures pour limiter le regroupement familial, et l’Espagne du conservateur José Maria Aznar, «favorable à des flux ordonnés et positifs», est prête à suivre  son exemple et à abolir le droit de séjour automatique pour les clandestins ayant séjourné au moins cinq ans dans le pays. En Italie, le gouvernement Berlusconi renforce  la  lutte  contre  les clandestins  et  lie l’obtention d’un «contrat de séjour» à un «contrat de travail». 
Seule certitude, il ne peut y avoir de réponse à la pression migratoire que celle coordonnée à l’échelon européen. Car chaque secousse dans un pays produit des échos chez les voisins. Quand l’East Sea s’échoue volontairement, le 18 février 2001, sur une plage du Var, les autorités françaises peuvent faire preuve de laxisme puisqu’elles savent que la plupart des Kurdes débarqués iront rejoindre parents et amis en Allemagne. Lorsque l’Italie, en 1999, et l’Espagne, en 2000, régularisent leurs illégaux, ces deux pays connaissent un afflux massif de clandestins venus de France. Car, dans l’espace unique européen, un clandestin a toute latitude, une fois régularisé en Espagne, de circuler en Finlande... 
Cette priorité donnée à la coordination devrait s’établir directement entre Etats. Sur ce dossier, les chefs de gouvernement européens jugent, en effet, sévèrement la Commission de Bruxelles, qui, à leurs yeux, n’a pas perçu l’urgence d’une réponse publique. Or le temps presse, comme l’a prouvé l’émergence de mouvements populistes, ces derniers mois, en Europe du Nord. Inquiets de la montée de l’insécurité ou de la pression sur les dépenses publiques, les citoyens européens veulent désormais que leurs dirigeants rendent des comptes et que le débat soit ouvert. L’immigration est-elle, oui ou non, une menace pour l’Europe? Quelle politique adopter? 
 L’immigration choisie est une vieille promesse de Nicolas Sarkozy. En 2006 déjà, le ministre de l’Intérieur qu’il était alors disait vouloir passer d’une “immigration subie” à une “immigration choisie”. En clair, “la France doit pouvoir faire le choix des immigrés qu’elle accueille en fonction de ses besoins. Elle doit accueillir des étrangers auxquels elle peut donner un travail”, affirmait-il.
Elu à l’Elysée, Nicolas Sarkozy précise alors clairement cette volonté, dans une lettre de mission envoyée le 9 juillet 2007 à  Brice Hortefeux, fraîchement nommé ministre de l’Immigration : “Vous viserez l’objectif que l’immigration économique représente 50% du flux total des entrées à fin d’installation durable en France”.
Pourtant, selon le dernier rapport de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), les entrées migratoires pour motif économique représentaient 15,4% en 2007, contre 15,5% en 2010.
Désormais, plus besoin d’employés de ménage à domicile, de conducteurs de travaux, de soudeurs ou de maçons venant de l’étranger. La faute à la crise et à la hausse du taux de chômage, passé de 7,7% fin 2007 à près de 10% aujourd’hui. “Contrairement à une légende, la France n’a pas besoin de compétences issues de l’immigration. Elle dispose de la ressource nécessaire.  Les  dernières années, 730 maçons étrangers sont entrés sur le territoire ; or lorsque Pôle emploi diffuse 20 offres d’emploi de maçons, il y a 100 demandeurs présents en France qui postulent”.
Conséquence : “La priorité doit être donnée à l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi aujourd’hui présents, qu’ils soient de nationalité française ou étrangère, résidant régulièrement en France”.
En fait, plus que l’argument économique avancé par le gouvernement de Sarkozy, plusieurs experts estiment que c’est davantage l’échéance électorale qui pourrait expliquer ce changement de cap décidé par le gouvernement. “En France comme un peu partout en Europe, la politique migratoire cherche à diminuer le nombre d’immigrés accueillis, afin de répondre aux craintes d’une population préoccupée par le chômage”, résume sur le site du Figaro Brigitte Lestrade, auteur de « Emploi et Immigration » (éd. L’Harmattan, 2009). Dans L’Express, Catherine de Wenden, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des questions migratoires, estime elle aussi que ce récent tour de vis tend à “instrumentaliser la peur de l’étranger”. Egalement directeur de recherche au CNRS, Patrick Weil, dans Les Echos, ne dit pas autre chose : “Ce sont des annonces pour siphonner l’électorat de Marine Le Pen et masquer ses échecs en la matière”.
Car en 2007, Nicolas Sarkozy s’était imposé en parvenant notamment à capter une importante part de l’électorat FN. Jean-Marie Le Pen n’avait recueilli au premier tour que 10,4% des suffrages, et 65% de ses électeurs s’étaient reportés sur Nicolas Sarkozy au second. Aujourd’hui, Marine Le Pen est créditée de 15 à 18% des intentions de vote selon les instituts.
En France, Les fondamentalistes musulmans radicaux prêchent le « jihad », c’est-à-dire  la guerre contre  les « non musulmans » et  les renégats , la France est  devenue  une  terre fertile  d’accueil de  tous les « jihadistes » fondamentalistes  venus de tous les coins du monde à  cause  de  sa politique  d’accueil basée  sur des  principes des droits  de  l’Homme et à  cause de son cadre judiciaire particulièrement respectueux des libertés individuelles exploité par  les  terroristes, mais elle devrait  prendre des  mesures  sévères  avec les émigrés hors la loi , en imitant le médecin chirurgien qui utilise le fer et  le baume selon le besoin; depuis l’accord de Schengen (1985), l’Europe s’efforce  de  définir  un régime de  contrôle frontalier et de  maîtrise de  l’immigration, les  fondamentalistes musulmans radicaux étaient déjà  implantés, ils  affirment  que  l’Occident est la  source  du (mal).
 Nous sommes tous  contre  les  attentats  terroristes  en  France, mais  jusqu’à  quand  les  médias  français  tenteront-ils  de maquiller  le  crime  perpétré  par  les Israéliens  à  l’encontre  des  Palestiniens  innocents, massacre  soutenu par les grandes  puissances?
François Hollande s’est lui aussi empressé de soutenir Benjamin Netanyahu, jugeant «qu’il appartenait au Premier ministre israélien  de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces». Quelles menaces ? Le président  socialiste  a compris la question palestinienne  à  l’envers : en réalité, ce sont  les  Palestiniens  qui sont  menacés  par  les  attaques  israéliennes.
Depuis plus de 60 ans, les Palestiniens n’ont connu que les bombes, les obus, les attaques des avions, les rafles ; les prisons des sionistes sont pleines, les Palestiniens sont quotidiennement arrêtés sous de prétextes fallacieux. Dans les lieux de détention, hommes et femmes sont torturés à mort, certains succombent à leurs blessures, même les enfants sont soumis aux sévices et tortures. Les femmes et jeunes sont fréquemment violés, et les responsables couvrent les criminels coupables de ces actes abominables. Tous les détenus subissent les supplices les plus dégradants, les plus inhumains et les plus abjects.
L’Europe prend conscience que sa sécurité implique d’endiguer les flots d’immigrants et de soutenir la réforme économique et sociale dans  les pays pourvoyeurs d’immigrants. Les mouvements sociaux ne se sont jamais déployés, sans, au minimum, des conditions préalables d’une situation matérielle défavorable à ceux qui les animent. La forte immigration constituerait la cause des troubles sociaux violents qu’ont connus, par exemple, les banlieues de Paris en 2005. Si corrélation n’est pas causalité, il serait toutefois légitime dans ce contexte de considérer que les pays qui connaissent les plus forts taux d’immigration sont au cœur des plus grands troubles sociaux et où les taux de chômage des jeunes « non étudiants bien sûr » sont les plus élevés : Espagne et France. C’est le désordre social car les immigrés sont incapables de payer  leurs loyers exorbitants. On constate que le taux d’immigration en Espagne atteint presque 10%, en France 22%. Le taux de chômage en Espagne atteint 46,4%, en France14,1%.
L’Europe, après avoir largement profité d’une main-d’œuvre immigrée à bon marché parce qu’elle acceptait des conditions de travail et de vie très précaires, prend conscience que cette  « manne » de travailleurs venus du tiers-monde, notamment des pays de l’Afrique du Nord, lui donne aussi des responsabilités ; elle se trouve aujourd’hui confrontée à des problèmes sensibles (xénophobie, racisme, chômage, terrorisme…), dont certains sont communs à ces Etats. Elle doit coordonner ses efforts pour apporter une réponse aux flux migratoires, durable et conforme à ses valeurs. Mais  l’histoire coloniale, les facteurs géographiques, économiques et démographiques  sont des contextes bien différents d’un pays à l’autre.
La France, à titre d’exemple, est devenue un pays d’immigration avec un siècle d’avance sur ses voisins. L’Europe peut développer une autre vision  sur les réalités d’une immigration enrichissante et vivifiante à condition qu’elle  repose sur un respect et un dialogue mieux équilibrés.
La cause invoquée le plus souvent pour expliquer les migrations, c’est la misère au sens économique du terme, c’est-à-dire l’écart des niveaux de vie entre pays nantis et pays pauvres. Or si l’on considère à part les pays dits émergents, cet écart va crescendo. Dès lors, le flot de la migration devrait, lui aussi, aller grandissant.  Mais si l’on n’y prend pas garde, c’est toute la misère du monde qui finirait par déferler sur les pays européens qui ne peuvent pas recevoir tous  les misérables du monde. La  France  ne peut  supporter ce flot massif d’immigrants parfois sans identité, sans valeur culturelle. Or la pauvreté n’est pas toujours le moteur principal  de la migration, elle n’est pas le seul motif de départ, le recrutement des  jeunes par les  groupes terroristes déjà implantés  en  France est aussi un  motif de quitter le pays d’origine. 

 * Avocat  au  barreau  d’Oujda


 
Repères
 
Le risque terroriste et l’appel à l’abolition de la  peine de mort.
Parler  du”droit  à  la vie”,  c’est  dire  que  nul  n’a le  droit  de  porter  atteinte  à  l’existence  d’une  personne. Au sens  le  plus  simple , il s’agit simplement  d’une  application  particulière  du  droit  à  la  liberté  : nul  n’a  le  droit  de contraindre  une  personne  à mourir  contre  sa  volonté. Au sens renforcé, cela signifie que  nul  n’a  le  droit  de porter atteinte à  la vie   d’une  personne  même s’il  lui  donne  l’autorisation.
Le “droit à  la  vie” et  l’appel  à  l’abolition de  la  peine  de mort :  dès que ces deux  notions  sont  mises  en  corrélation, on aboutit  à  des problèmes  éthiques  et juridiques  majeurs :droit  à  la  vie, peine  de  mort, droit  de  mourir…
 
 

Par Hassouni Kaddour Ben Moussa *
Jeudi 19 Novembre 2015

Lu 1401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs