Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'iPhone promu au rand d’instrument de musique




L'iPhone peut aussi devenir un instrument de musique, comme l'ont montré des chercheurs de l'université de Stanford (Californie, ouest), qui ont donné récemment un “concert” avec pour seul accessoire le téléphone portable branché d'Apple.
Cinq musiciens vêtus de noir entrent en scène. Dans chaque main, ils tiennent un iPhone. De petites enceintes rondes sont scotchées au dos de leur main pour amplifier le son de leur “instrument”.
La salle de spectacle du Center for Computer Research in Music and Acoustics (CCRMA, centre de recherche informatique sur la musique et l'acoustique) de Stanford a résonné jeudi de sons envoûtants et hypnotiques, devant 150 spectateurs venus écouter le premier concert officiel du “Mobile Phone Orchestra”.
Les musiciens agitent les mains, font des moulinets. Ils pressent leurs deux iPhone face à face. Ils passent le doigt sur l'écran ou pointent leur appareil vers un autre membre du groupe. Ils se déplacent dans la salle et se glissent entre les spectateurs.
Ils utilisent le micro et l'écran tactile de leurs téléphones Apple, équipés de logiciels spéciaux pour en tirer des sons rappelant tantôt des flûtes, tantôt des tambours. Le plus souvent, le son qui sort des téléphones ne ressemble à rien de familier.
“L'idée est d'utiliser quelque chose d'aussi omniprésent et mobile qu'un téléphone pour trouver de nouvelles façons de faire de la musique”, explique Ge Wang, un professeur de musique de Stanford qui a fondé cet orchestre de nouvelle génération. Il est convaincu que les téléphones portables sont une formidable plateforme de créativité pour tous, artistes ou non. Ge Wang avait déjà fondé le Stanford Laptop Orchestra, qui utilise des ordinateurs portables comme instruments de musique.
Mais “avec les ordinateurs portables, on ne peut pas bouger. C'est comme un véritable orchestre”, explique Turner Kirk, un des concertistes. Avec les iPhones, “nous sommes mobiles. Le son est plus délicat et plus intime.” Au fil du concert d'une heure, le groupe interprète neuf morceaux, principalement composés par Ge Wang et d'autres membres du groupe qui sont pour la plupart des doctorants.
“Mo So(und) Bo(unce)” est un morceau ludique dans lequel les musiciens font passer d'un téléphone à l'autre une balle virtuelle dont les rebonds forment la base de la musique.
Pendant “Touch Pattern”, les sons obtenus sont projetés sur un écran sous forme de carrés de couleur.

AFP
Lundi 7 Décembre 2009

Lu 130 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs