Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’hydre terroriste coordonne entre ses composantes maghrébines

Les djihadistes marocains s’invitent à une rencontre secrète entre les groupes extrémistes d’Afrique du Nord




L’hydre terroriste coordonne entre ses composantes maghrébines
La coopération transfrontalière entre les islamistes d’Afrique du Nord est en marche. Une rencontre secrète entre des groupes djihadistes marocains, tunisiens, libyens et égyptiens et les représentants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Front syrien Al-Nosra a eu lieu en septembre dernier à Benghazi, l’un des fiefs  de l’organisation salafiste libyenne Ansar Al-Charia.
Selon le journal allemand Welt am Sonntag, cette rencontre a eu comme ordre du jour l’élaboration d’une nouvelle stratégie régionale, notamment pour lutter  contre le gouvernement tunisien et discuter de l’afflux de djihadistes étrangers en Syrie.
Le responsable de l’organisation tunisienne Ansar Al-Charia, Abou Iyad, y est  venu demander de l’aide aux autres groupes salafistes, dans l’hypothèse où le conflit avec le gouvernement tunisien dégénérerait. Il aurait également  demandé à ses alter ego de « ne plus recruter de Tunisiens pour la Syrie, car il avait un besoin urgent de combattants auprès de lui », écrit le journal allemand.
Une requête qui aurait été mal accueillie par les représentants du Front Al-Nosra, un groupe djihadiste armé affilié à Al-Qaïda, deuxième plus important groupe rebelle après l’Armée syrienne libre (ASL). Pour eux, « l’afflux de combattants étrangers en Syrie» est capital, poursuit l’article.
Toutefois, un compromis aurait été trouvé. Il consiste à autoriser les  djihadistes tunisiens à rentrer combattre chez eux. En contrepartie, le Front Al-Nosra aurait obtenu des garanties d’avoir sous son propre commandement tous les autres combattants qui iront en Syrie et non pas sous celui de son concurrent direct l’Etat islamique en Irak et au Levant, un autre groupe lié à Al-Qaïda.
Faut-il s’alarmer de cette coordination transfrontalière entre les djihadistes ? Pour certains spécialistes, l’Afrique du Nord n’est pas sur le point de devenir un « nouvel Afghanistan », où « les vastes étendues montagneuses et désertiques, peu soumises au contrôle du gouvernement, pourraient devenir un arrière-pays terroriste similaire à l’Afghanistan qui pourrait facilement frapper l’Europe ».  Un analyste a fait même remarquer que «les théories avançant un vaste processus d'unification en un seul mouvement salafiste centralisé demeurent infondées et peu convaincantes».
 Pourtant, même s’ils estiment que l’Afrique du Nord n’est pas véritablement une base de préparation d'attaques contre  d’autres régions, ils pensent que la coordination transnationale  complique, par sa nature même, la capacité à comprendre et à anticiper la menace terroriste.
Pour eux, le développement des relations entre les réseaux djihadistes rend encore plus difficile de prédire quelles parties œuvrent conjointement et où elles ont l'intention de frapper. Pour Lianne Kennedy-Boudali, spécialiste de la sécurité en Afrique du Nord, s’il existe un chevauchement de membres entre ces réseaux, la compatibilité idéologique devient la norme. Ce qui complique considérablement l’analyse et la planification de la lutte contre le terrorisme, car les analystes ont de plus en plus de difficultés à déchiffrer une motivation individuelle ou collective une fois réduite l’orientation nationaliste des groupes combattants.
Aujourd’hui, les groupes terroristes nord-africains s’interpénètrent au point de perdre leur orientation nationale. Un chevauchement qui rend beaucoup plus difficile toute stratégie de prévention des attaques, concluent les experts.  

Hassan Bentaleb
Mardi 17 Décembre 2013

Lu 780 fois


1.Posté par hillal le 17/12/2013 13:50
tout le monde sait que c'est le régime algérien qui alimente le terrorisme dans la région.

En effet, le régime algérien tente dernièrement de déstabiliser la Tunisie particulièrement vulnérable (à partir de sa frontière) à travers des actes de violences et de terrorisme, pour ainsi faire apparaitre l'expérience démocratique tunisienne comme un contre exemple. La hantise de la dictature algérienne, est l'exemplarité du modèle tunisien vis à vis de la population algérien qui vie aujourd'hui sous le joug de ses propres bourreaux,lesquels l'ont massacré durant la décennie noire (350000 morts et 10000 disparues), par ailleurs ce qui déplait particulièrement au régime algérien (aux ordres des intérêts impérialistes dans la régions) est la politique amorcé par président Marzouki de dynamiser la construction maghrébine. en effet, le rôle du régime algérien, en tant qu'agent du colonialisme est de diviser les maghrébins...

l'idée d'une coordination transfrontalières des groupes terroristes dans la région, doit être prise au sérieux connaissant la capacité du régime algérien à manipuler et instrumentalité les différents groupe criminels (ex: mise en scène de la prise d'otage d'in amenas par la police politique du régime algérien, DRS; ainsi qu' attentat de l'Argana, attentat particulièrement lâche qui porte la signature crapuleuse des services algériens )

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs