Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'histoire de Tanger racontée en photos




Une exposition racontant l'histoire de la ville de Tanger à travers des photos prises de 1850 à 2016 s'est ouverte,  le week-end dernier, à la maison de culture maroco-flamande à Bruxelles (Daarkom). Placée sous le thème 'Tanger, carrefour des cultures'', l'exposition plonge  le visiteur dans une ambiance tantôt colorée tantôt en noir et blanc, multipliant les références à la diversité et la multiplicité des civilisations qui ont marqué l'histoire de la ville du détroit.
Etalée sur plus de 80 m2, l'exposition retrace chaque coin de la ville, restitue des souvenirs, personnels et collectifs, enfouis dans la mémoire des Tangérois et des férus de la ville, mais pose surtout un regard à la fois  admiratif et nostalgique sur l'histoire d'une ville qui a inspiré des artistes et des écrivains, apaisé les souffrances des uns et émerveillé le quotidien d'autres.
A travers des coupures de journaux, jaunis par le temps, des plans de la ville datant du début du siècle dernier, des affiches de cinéma, des souvenirs écrits à la main d'étrangers de passage à Tanger, le visiteur ne peut sortir indemne de ce jet continu de références historiques.
Tout y est : des photos de simples Tangérois ou de personnalités connues, de lieux de culte, de réunions et de fêtes, de petits marchés, de métiers, dont certains résistent encore aux aléas de la modernité, de légations, d'hôtels, d'écoles.
L'exposition, organisée en sous-thèmes pour faciliter la visite, offre aussi des promenades guidées dans les ruelles exiguës de l'ancienne médina, où se cachent des trésors insoupçonnés, ou encore dans les artères névralgiques de la ville. Des photographies anciennes viennent côtoyer d'autres récentes, comme pour montrer le développement impressionnant qu'a connu Tanger ces derniers temps.
Pour Larbi Khetouta, président du Club Ibn Batouta, qui organise cet évènement, cette exposition est le fruit d'un travail de collecte et de recherche de longue haleine de quatre acteurs associatifs et bon fils de la ville de Tanger, Mohamed Aoufi, Mohamed Brimou et Othmane Sakhi.
Elle est une occasion de montrer, dans ces temps difficiles, combien l'histoire du Maroc et de Tanger en particulier s'est nourrie au fil du temps par les différentes civilisations et cultures, a-t-il déclaré à la MAP, indiquant que dans le cadre de cette exposition, qui restera ouverte au public jusqu'au 30 janvier courant, une délégation représentant l'Eglise protestante de Tanger effectuera une visite à Bruxelles spécialement pour cette exposition.

Mercredi 27 Janvier 2016

Lu 1783 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs