Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'heure des choix pour Gazprom

Le gazier russe accusé par Bruxelles de s’aligner davantage aux intérêts géopolitiques de Moscou qu’à une logique commerciale




Brouillé avec les Européens, concurrencé en Russie et désormais dans le viseur des Etats-Unis, les nuages s'amoncellent au-dessus du géant russe du gaz Gazprom, au point que l'idée d'un démantèlement devient de moins en moins tabou.
Simple trou d'air ou déclin irréversible? Selon le ministère de l'Economie, la production de l'héritier du ministère du Gaz soviétique devrait s'élever cette année à 414 milliards de mètres cubes. Il s'agit du plus bas niveau de production de la période post-soviétique pour le groupe public assis sur les plus importantes réserves gazières au monde, dont le tiers des capacités restent ainsi à l'arrêt.
Et dans la course au gigantisme, Gazprom, qui valait avant la crise de 2008 plus de 300 milliards de dollars en Bourse et visait ouvertement les 1.000 milliards, pèse actuellement autour de 50 milliards, loin derrière les multinationales énergétiques.
"Gazprom se trouve confronté au plus grand défi de son histoire", a résumé à l'AFP l'économiste Chris Weafer, du cabinet de conseil Macro Advisory.
Et les mauvaises nouvelles de se multiplier pour la société. Les livraisons sont coupées depuis début juillet vers l'Ukraine, un gros acheteur, la Commission européenne la poursuit pour abus de position dominante, elle perd des parts de marché en Russie face à ses concurrents...
Un nouveau coup est venu de Washington, via une discrète publication dans le journal officiel de l'administration américaine, qui sanctionne le gisement Ioujno-Kirinskoïé au large de l'Extrême-Orient russe.
Or, ce projet de Gazprom doit servir de base à l'augmentation de la production de gaz naturel liquéfié (GNL) sur l'île voisine de Sakhaline, voire selon la presse entrer dans un échange d'actifs avec la major anglo-néerlandaise Shell. Son exploitation, à grande profondeur, semble compromise sans technologies étrangères.
Gazprom cherche de longue date à se tourner vers l'Asie alors que les relations se tendent entre l'Union européenne et l'entreprise, accusée régulièrement d'agir en suivant davantage les intérêts géopolitiques de Moscou que la seule logique commerciale. La crise ukrainienne n'a fait que renforcer la volonté de chaque côté de réduire sa dépendance à l'autre... sans pouvoir se passer l'un de l'autre. Car le groupe russe ne cesse de le répéter, la demande en gaz augmente en Europe et les ressources russes restent les plus accessibles et compétitives face aux projets concurrents. Pour Gazprom, les exportations vers l'Europe, attendues en hausse cette année, continuent de générer de confortables bénéfices, encore en hausse au premier trimestre malgré la chute des cours des hydrocarbures.
Bruxelles semble faire la sourde oreille, allant jusqu'à bloquer le projet de gazoduc russe South Stream vers le sud de l'Europe. En réaction, Vladimir Poutine a annoncé un autre tuyau, cette fois vers la Turquie. Les pays européens qui s'alimentent via l'Ukraine devront, à partir de 2019, aller y chercher le gaz russe dont ils ont besoin.

Samedi 15 Août 2015

Lu 256 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs