Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'heure de vérité pour Obama sur la Syrie

Une offensive pour convaincre le Congrès




L'heure de vérité pour Obama sur la Syrie
Le président Barack Obama devait avoir la lourde tâche hier de retourner un Congrès et une opinion publique sceptiques face au recours à la force en Syrie, où Bachar Al-Assad a assuré n'être pour rien dans l'attaque chimique du 21 août.
Conscient de jouer à la fois la crédibilité des Etats-Unis et de sa propre présidence, Barack Obama devait lancer une offensive tous azimuts pour convaincre les élus républicains et démocrates du bien-fondé d'une nouvelle intervention militaire au Moyen-Orient pour punir le régime Assad.
Il devait enregistrer pas moins de six interviews avec des chaînes de télévision qui devaient être diffusées hier, avant de s'adresser aux Américains aujourd’hui depuis le bureau Ovale.
L'intégralité d'une interview accordée par le président syrien dans laquelle il nie avoir ordonné l'emploi d'armes chimiques devait être diffusée au même moment lundi soir.
Le président Assad a "nié avoir quelque chose à voir dans cette attaque" chimique, a rapporté dimanche le journaliste de CBS qui l'a interviewé à Damas.
M. Assad a dit: "Il n'y a pas de preuve que j'ai utilisé des armes chimiques contre mon peuple+", selon le journaliste Charlie Rose.
Interrogé sur ces propos rapportés d'Assad, le secrétaire d'Etat John Kerry, qui devait achever hier à Londres une offensive diplomatique menée tambour battant en Europe sur le bien-fondé des frappes, a répondu que "les preuves parlaient d'elles-mêmes".
  Au Sénat, le débat sur la résolution autorisant l'usage de la force, déjà adoptée en commission, ne commencera formellement qu’aujourd’hui. Un premier vote important pourrait intervenir dès demain.
 Du côté de la Chambre des représentants, les dirigeants républicains n'ont pas annoncé de calendrier précis, se contentant de prévoir un vote "dans les deux semaines".
L'Administration Obama, sur le front intérieur comme à l'international, a jeté toutes ses forces dans cette bataille.
 Sur le front diplomatique, M. Kerry devait regagner Washington hier après avoir rencontré à Londres dans la matinée son homologue britannique William Hague, dont le gouvernement a dû renoncer à s'associer à une intervention en Syrie, après un veto du Parlement.
M. Kerry a rencontré à Paris ses homologues de plusieurs pays arabes ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi. "Nous étions unanimes à dire que le recours odieux par Assad aux armes chimiques (...) a franchi une ligne rouge internationale", a dit M. Kerry.
Pour la plupart des Etats de l'UE, ce rapport attendu dans les jours à venir est une étape essentielle, susceptible de confirmer de manière indépendante les accusations d'attaques aux gaz toxiques. Pourtant il ne devrait pas, comme l'a dit Ban Ki-moon, dire qui en est l'auteur.
Principal soutien régional de Damas, l'Iran a réaffirmé dimanche son hostilité à toute intervention étrangère en Syrie, tout comme la diplomatie irakienne.

AFP
Mardi 10 Septembre 2013

Lu 424 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs